Filature de coton des établissements de la Motte s. a., puis filature et tissage de coton Roy et Berger, puis usine de fabrication de matériaux de construction (de toiture onduline) Omnium français Industriel et Commercial

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature, tissage, usine de fabrication de matériaux de construction

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Filature de coton ; tissage de coton ; usine de fabrication de toiture onduline

Appelation d'usage

Filature des établissements de la Motte s. a ; Filature et tissage Roy et Berger ; usine de fabrication de matériaux de construction Omnium français Industriel et Commercial

Titre courant

Filature de coton des établissements de la Motte s. a., puis filature et tissage de coton Roy et Berger, puis usine de fabrication de matériaux de construction (de toiture onduline) Omnium français Industriel et Commercial

Localisation

Localisation

Normandie ; Seine-Maritime (76) ; Le Petit-Quevilly ; 86 rue de la Motte

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Haute-Normandie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Seine-Maritime

Canton

Petit-Quevilly (le)

Adresse de l'édifice

Motte (rue de la) 86

Références cadastrales

1973 AE 10, 11, 12

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1892

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 1892, la société anonyme des établissements de la Motte fait édifier cette filature de coton dotée d'un atelier de blanchiment. Dans les années 1920, l'usine est rachetée par la société Roy et Berger qui possède déjà dans l'agglomération rouennaise, deux filatures et un tissage. Elle est alors augmentée d'un tissage équipée, en 1930, de 680 métiers. On produit dans cet établissement des tissus écrus, calicots, cretonnes, longotte dans des largeurs allant de 70 à 130 cm. En outre, l'usine est dotée d'une installation de chauffage et d'humidification permettant de maintenir dans les salles un dégré hygrométrique suffisant. Le blanchiment y est effectué à l'aide d'une solution de chlorure de soude (50 000 kg/an) et de bisulfite (300kg/an). Dans les années 1950, l'activité textile est abandonnée. L'usine est rachetée par l'Omnium français Industriel et Commercial pour y développer la fabrication d'un nouveau matériau de construction dénommé toiture "onduline". Cette reconversion a nécessité une remise en état des bâtiments sinistrés pendant la guerre. L'usine est inaugurée le 19 avril 1956. Près de 7 000 m² de toiture y sont produits quotidiennement. Il s'agit de plaques ondulées asphaltées composées d'un support fibreux minéral et végétal saturé, sous vide, et à haute température, de bitume de distillation et de plastifiants. Des chaînes de fabrication réalisent l'ensemble des opérations : les "pulpers" assurent au moyen de hachoirs la préparation de la pâte composée de matières fibreuses (papier, bois, jute, laine de roche) , la pâte est alors égoutée par tremblement sur une table plate puis séchée dans des caissons à vide. C'est ensuite le moulage, le séchage et la coupe, puis l'imprégnation de bitume pour assurer l'isolation des plaques, et enfin la peinture du produit terminé. Chaque chaîne de fabrication s'étend sur 96 mètres, sans compter l'emplacement des cuves d'imprégnation. Parmi les machines les plus spectaculaires, on compte une "table plate" qui réalise d'un seul jet le support fibreux et un séchoir de 45 mètres qui assure le moulage des plaques en continu. L'Omnium français Industriel et Commercial a fermé son usine d'onduline au début des années 1980. Ormis certains bâiments où se sont installées de petites entreprises, l'essentiel du site est aujourd'hui désaffecté et en fort mauvais état.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, parpaing de béton

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, verre en couverture

Description de l'élévation intérieure

En rez-de-chaussée

Typologie de couverture

Shed, toit à longs pans, pignon couvert

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Produite sur place, énergie thermique, achetée, énergie électrique

Commentaire descriptif de l'édifice

L'usine qui s'étend sur un hectare et demi, compte plusieurs ateliers de fabrication construits en brique en rez-de-chaussée et couverts en shed ou par une série de petits toits à longs pans. Les ateliers édifiés après guerre sont en parpaing de béton.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, mauvais état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Emmanuelle Le Roy-Real

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (agglomération de Rouen)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80