Immeuble dit résidence les Hauts-Forts

Désignation

Dénomination de l'édifice

Immeuble

Appelation d'usage

Résidence les Hauts-Forts

Titre courant

Immeuble dit résidence les Hauts-Forts

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Haute-Savoie (74) ; Morzine

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Avoriaz

Canton

Biot (Le)

Lieu-dit

Dromonts (les)

Références cadastrales

2006 O1 140, 315

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Passage couvert

Nom de l'édifice

Secteur urbain concerté : quartier les Dromonts

Références de l'édifice de conservation

IA74000873

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1967

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Brémond Gérard (commanditaire)

Description historique

La résidence des Hauts-Forts est la quatrième réalisation (lot 88, 60 appartements) réalisé par la SICA (Société Immobilière et de Construction d'Avoriaz). Le projet est étudié en 1967 par l'Atelier d'Architecture d'Avoriaz. Le permis de construire est accordé la même année et le chantier se déroule au cours des deux saisons 1967 et 1968. Situé au pied de la paroi rocheuse abrupte, l'immeuble assure la jonction entre le bas (arrivée du téléphérique) et le haut de la station (place des Dromonts) , proposant une volumétrie signal imaginée dès les premières esquisses d'urbanisme. La composition est en deux ailes accolées autour de la circulation publique, verticale et unique, avec une disposition en éventail de toutes les travées, s'élançant au-dessus du sol sur plus de trente mètres et 11 niveaux, formant un repère attendu dans l'espace public de la station. La résidence des Hauts-Forts connaît un succès immédiat avec la galerie publique traitée de manière très soignée comme un parcours reliant l'espace abrité et l'espace nature.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton armé, essentage de bardeaux, enduit

Matériaux de la couverture

Bois en couverture

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 10 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à plusieurs pans brisés

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie, escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie, ascenseur

Commentaire descriptif de l'édifice

La résidence des Hauts-Forts est implantée dans la cassure du terrain au pied de la corniche des Hauts-Forts et traversée par un parcours public reliant la place du téléphérique à la place des Dromonts. Avec sa haute silhouette s'élevant sur l'aval de plus de 30 m de haut, l'immeuble constitue un signal visible dès la gare supérieure du téléphérique, jalonnant de manière évidente le parcours piéton. Le parti pris en hauteur de type "immeuble tour pyramide" offre des vues exceptionnelles sur la grenouillère du Pas-du-Lac et le domaine skiable versant Hauts Forts. De part et d'autre de la circulation verticale, sont disposés les deux corps de bâtiments composés chacun de travées en éventail. À l'ouest, trois travées décalées avec un angle de 10° forment le pignon de l'immeuble, tandis qu'à l'est, le corps principal est constitué de quatre travées décalées et rayonnantes selon un angle de 20°. L'ascenseur public est placé entre ces deux parties. Il relie directement le bas et le haut de l'immeuble, placé en façade aval offrant un parcours panoramique avec vitrage continu sur les parois extérieures et une cabine vitrée par un hublot ovale. L'entrée aval est protégée par un grand porche dans-oeuvre, disposé sur trois travées ouvertes sur deux niveaux et soutenu par des colonnes en béton armé peintes en blanc. Le porche se prolonge par un escalier extérieur abrité qui devait permettre de remonter à pied jusqu'au niveau supérieur de la galerie publique. L'espace se poursuit, traité en creux et soutenu tout le long par des colonnes en béton armé, dégageant complètement le soubassement de l'immeuble formé par un passage public aux proportions élancées. Cet espace public ménage néanmoins des entrées plus confidentielles, l'une placée entre l'ascenseur public et le mur de refend formant un passage dérobé pour les initiés, l'autre pour la résidence avec un long escalier adossé directement au rocher qui donne accès à l'escalier et à l'ascenseur privés tous deux placés un niveau au-dessus de la galerie publique. En haut, la coursive publique est placée latéralement côté amont, construite en encorbellement sur toute sa longueur. Elle est conçue comme une passerelle au parcours sinueux avec un tracé brisé donné par les travées en éventail. La disposition rayonnante des demies fermes (décalées entre elles d'un angle de 20°) de la charpente largement débordante et laissées apparentes sur deux niveaux, met en valeur cet espace public conçu comme un belvédère tourné vers l'intérieur de la station. Dans la partie principale, pour tous les niveaux, chaque travée courante comprend un appartement de deux pièces et pour les deux derniers niveaux, un appartement de trois pièces en duplex. Chaque coursive (placée un niveau sur deux) distribue pour chaque travée, un premier logement de plain-pied et un second à l'étage supérieur accessible par un escalier en vis. Chaque logement présente un décalage entre la partie séjour, plus élevé de 40 cm que les autres espaces. Le décalage important des logements entre eux (dû aux travées rayonnantes) dégage des vues aux orientations multiples (de l'est à l'ouest) et rythme le modelé en quatre petites ailes verticales. Dans la partie pignon, tous les niveaux sont distribués par une coursive qui donne accès à un studio aménagé dans chaque travée avec un décalage intérieur de 40 cm entre la partie séjour en contrebas des autres espaces. Chaque logement est prolongé par un balcon polygonal avec dalle et garde corps continu en béton recouvert de bardeaux bois, conçus comme des belvédères individuels placés en avancée sur la façade et ouverts sur le grand panorama. Les niveaux supérieurs sont inclus dans le couronnement de l'immeuble avec le remplacement des parois verticales par des façades toitures inclinées en débord sur chaque travée. L'emploi du bois (bardeaux et planches) assure l'unité de l'ensemble de la résidence des Hauts-Forts sans altérer la diversité des volumes et des d étails.

Commentaires d'usage régional

Immeuble tour pyramide en éventail

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lyon-Caen Jean-François, Salomon-Pelen Catherine

Cadre de l'étude

Recensement du patrimoine des stations de sports d'hiver

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88

1/57
Immeuble dit résidence les Hauts-Forts
Immeuble dit résidence les Hauts-Forts
© Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes ; © Ecole d'architecture de Grenoble
Voir la notice image