Hôtel de voyageurs dit Hôtel des Dromonts

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel de voyageurs

Appelation d'usage

Hôtel des Dromonts

Titre courant

Hôtel de voyageurs dit Hôtel des Dromonts

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Haute-Savoie (74) ; Morzine

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Avoriaz

Canton

Biot (Le)

Lieu-dit

Dromonts (les)

Références cadastrales

2006 O1 169

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom de l'édifice

Secteur urbain concerté : quartier les Dromonts

Références de l'édifice de conservation

IA74000873

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1965

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Brémond Gérard (commanditaire)

Description historique

L'hôtel des Dromonts est la première construction (lots 11 et 12) réalisée par la SICA (Société Immobilière et de Construction d'Avoriaz) sur la station d'Avoriaz. Le projet est étudié par Jacques Labro à l'automne 1964 et le permis de construire est accordé en août 1965. Ce projet fait suite à un premier projet d'inspiration fonctionnaliste, étudié en 1963 par les architectes André Bertrand et son associé Jean-Robert Delb, projet abandonné après le choix de Gérard Brémont de confier la réalisation de la station à Jacques Labro et ses coéquipiers. Le chantier se déroule en deux saisons et l'hôtel ouvre à Noël 1966. Le programme comprend un hôtel de 40 chambres et des appartements de type deux pièces. Pendant les premières années, l'hôtel est le coeur de la station. Les parties communes (hall, coin bar, coins salons, salles de restaurant, cuisines) sont associées provisoirement à des espaces d'accueil du public comprenant un drugstore, l'office de tourisme et le bureau de vente, fonctions abandonnées dès l'ouverture de la galerie marchande des Dromonts trois ans plus tard. Le projet d'architecture est étudié à l'aide d'un bloc d'argile, taillé par Jacques Labro comme une sculpture qui constitue la première maquette de l'hôtel des Dromonts. Le parti pris est organique avec un plan en éventail offrant une orientation panoramique sur le paysage et une "façade toiture" recouverte de tuiles de bois coiffant l'ensemble de l'édifice sur huit niveaux, s'élevant du sol vers le ciel en forme de pyramide. Les parties communes, aménagées dans les deux niveaux inférieurs, sont traitées comme un parcours public que décrit Jacques Labro, sur place : "...Les gens adorent être ici, ils adorent parce qu'ils rentrent d'un côté dans une chicane, ils se montrent, ils passent devant le feu, ils se montrent, ils se voient au passage les uns les autres, ils font tout un parcours. Et c'est un tout petit espace. Ils montent autour de ce coin salon, ils repassent par un autre percement du voile, une variété de percement, c'est l'habitat pris presque dans sa définition primaire de grotte. Des voiles de 18 à 23 cm de large sur lesquels vient reposer une charpente permet toute une présentation... Ça permet à la fois de voir la structure, de créer des perspectives...". L'architecture, intérieure et extérieure, exprime d'emblée toute la vitalité créative du projet d'Avoriaz. Le succès est immédiat, largement médiatisé. La critique architecturale remarque aussitôt l'originalité (publication dans l'Architecture d'Aujourd'hui, n° 126, juin juillet 1966, "constructions en montagne") et le prix d'architecture "l'Équerre d'Argent" attribué à Jacques Labro et à l'équipe de l'Atelier d'Architecture d'Avoriaz deux ans plus tard en 1968 pour l'hôtel des Dromonts et les deux premières résidences des Mélèzes et du Séquoïa. En 1971 puis en 1973, un projet de galerie marchande dessiné par le Collectif Architecture, placé en contrebas de l'hôtel, reste sans suite. En 2000, l'hôtel est rénové par le groupe Pierres et Vacances. L'agencement intérieur n'est pas modifié, mais par contre dans certaines parties, les matières d'origine choisies en accord avec l'architecture sont recouvertes d'une décoration conventionnelle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton armé, essentage de bardeaux, essentage de planches, enduit

Matériaux de la couverture

Bois en couverture

Description de l'élévation intérieure

3 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 5 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à deux pans, toit à longs pans inversés, terrasse

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie, ascenseur

Commentaires d'usage régional

Immeuble tour pyramide en éventail

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lyon-Caen Jean-François, Salomon-Pelen Catherine

Cadre de l'étude

Recensement du patrimoine des stations de sports d'hiver

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88

1/73
Hôtel de voyageurs dit hôtel des Dromonts
Hôtel de voyageurs dit hôtel des Dromonts
© Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes ; © Ecole d'architecture de Grenoble
Voir la notice image