Établissement thermal dit Thermes Albertins

Désignation

Dénomination de l'édifice

Établissement thermal

Appelation d'usage

Thermes Albertins

Titre courant

Établissement thermal dit Thermes Albertins

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Savoie (73) ; Aix-les-Bains ; place Maurice Mollard ; rue Georges 1er

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Aix-les-Bains

Adresse de l'édifice

Maurice Mollard (place) ; Georges 1er (rue)

Références cadastrales

1728 ; 1879 D 571-572 ; 1981 CD 31

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Établissement thermal, Thermes Nationaux

Références de l'édifice de conservation

IA73001191

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1829

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques ; attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Charles Félix (commanditaire) ; Charles Albert de Piémont Sardaigne (commanditaire)

Description historique

Cet agrandissement des thermes, au sud du bâtiment royal, fut décidé par la commission des bains le 24 août 1828 ; ce sont les plans du chevalier de Gimbernat qui furent adoptés. Les travaux furent adjugés en mars 1829 à l´entrepreneur Besson, sous la surveillance du mesureur royal Teghil. Cette annexe comprenait un vaporarium entouré de cabines d'étuve individuelles, des douches et une piscine rectangulaire pour les hommes. En 1839, une piscine pour les dames, dessinée elle aussi par l´entrepreneur Besson, fut ajoutée au sud-est. C'est sans doute à cette époque que le vaporarium fut divisé en deux parties, l'une pour les hommes, l'autre pour les femmes. L'ensemble fut profondément modifié lors de l'extension de l'établissement thermal par Pellegrini. Une grande piscine destinée aux femmes, en pendant de celle du bâtiment royal, fut creusée, en 1860, à l'emplacement de la cour et du portique antérieurs, en amputant de moitié le vaporarium et la piscine des hommes. En 1919-1920, l'architecte Jules Pin aîné fut chargé de la rénovation de l'ensemble des thermes ; lors de cette campagne, les voûtes de la piscine ovale et ce qui restait du vaporarium furent revêtues de carreaux de briques poreuses. Le projet de démolition évoqué en 1937, à l'occasion des constructions de Pétriaux, ne fut pas mis à exécution, mais les thermes albertins furent cependant à nouveau transformés, avec en particulier la suppression du vaporarium et des cabines qui l'entouraient. La piscine des femmes et l'ancienne piscine des hommes, furent toutes deux recreusées pour l'aménagement de bains suspendus, soit lors des travaux de Pétriaux, soit lors de ceux conduits par l´architecte Charles Foray, en 1943, pour créer six douches locales et des vestiaires pour les femmes. Aujourd'hui, cette division ne se distingue plus nettement de celles qui l'entourent.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moyen appareil ; carrelage mural en céramique

Matériaux de la couverture

Verre en couverture ; tuile plate

Description de l'élévation intérieure

En rez-de-chaussée

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes ; voûte en berceau ; cul-de-four ; coupole

Typologie de couverture

Terrasse ; dôme circulaire

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Cette annexe en rez-de-chaussée, située au sud du bâtiment royal, possédait sa propre entrée sur la rue et communiquait avec l'ancien établissement par la cour de la division des Princes. De plan rectangulaire, elle était précédée d'une partie plus étroite, de plan en trapèze, avec cour fermée par un muret surmonté d'une grille. Au fond de la cour un portique voûté d'arêtes formait porche devant l'établissement. Il était couvert d'une terrasse bordée d'une balustrade et accessible par un escalier intérieur. La division comportait à l´origine, au centre, un vaporarium circulaire à éclairage zénithal sur lequel ouvraient des étuves individuelles de plan tréflé, à droite, une piscine pour les hommes, au fond, une série de six cabines de douche, et dans l'angle postérieur droit, une piscine pour les femmes. Les deux piscines subsistent. Celles des femmes, de plan ovale, est couverte d'une coupole sur trompe, en brique, avec jour zénithal ; celles des hommes, rectangulaire, est couverte d'une voûte en berceau doublée de carreaux de terre cuite réfractaire sur lattis. La grande piscine creusée à l'avant, sur l'ancien vaporarium, présente un plan rectangulaire terminé à l'une de ses extrémités en demi-cercle. Elle est couverte d'une voûte en berceau prolongée par un cul de four. Des carreaux de céramique recouvrent les murs.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique

État de conservation (normalisé)

Remanié

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1986/04/24 : inscrit MH partiellement

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Jazé-Charvolin Marie-Reine ; Lagrange Joël ; Combre Clémentine

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88