Usine de céramique Paul Charnoz, usine Cérabati (activités liées au canal du Centre)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de céramique

Appelation d'usage

Usine Paul Charnoz puis usine Cérabati

Titre courant

Usine de céramique Paul Charnoz, usine Cérabati (activités liées au canal du Centre)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Saône-et-Loire (71) ; Paray-le-Monial ; quai de l'Industrie

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Bourgogne

Lieu-dit

Bief 24 du versant Loire-Océan

Adresse de l'édifice

Industrie (quai de l')

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Canal du Centre

Partie constituante non étudiée

Logement d'ouvriers, cheminée, remise, atelier, immeuble de bureaux

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1877

Commentaires concernant la datation

Datation par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Charnoz Paul (commanditaire)

Description historique

Paul Charnoz, ingénieur chimiste-céramiste, fonde son entreprise à Paray-le-Monial en 1877. Il met au point des carreaux dessinés par incrustation dans l'épaisseur. Ces oeuvres de grande qualité sont louées aux expositions universelles de 1889 et 1900. Peu rentables, ces productions sont rationalisées, industrialisées, et l'usine agrandie après 1891, date de son rachat par la société de Sarreguemines Utzschneider-Jaunez. En 1921, Edouard Jaunez constitue un groupe de six usines appelé Compagnie Générale de la Céramique du Bâtiment, devenue CERABATI. Le groupe absorbe également l'usine de grès Colesson, à Ecuisses. Un ensemble de logements pour une centaine de familles est construit en périphérie de la ville. L'entreprise est à son apogée en 1950 avec 900 ouvriers. L'usine ferme le 31 décembre 2005. Le musée Paul Charnoz créé en 1993 conserve à la fois des oeuvres de l'usine (fresques en céramique médaille d'or aux Expositions Universelles de 1889 et 1900) et des outils. L'usine est détruite début 2012. Il ne reste que le bâtiment d'accueil des années 1960. Une des trois cheminées en brique portait la date de 1905, date démontée et donnée au musée Paul Charnoz.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Ensemble industriel rive gauche, qui n'a conservé que son immeuble de bureaux, un cube en béton recouvert de céramique blanc-gris des années 1960. Sur cette partie du canal, rive droite, est resté un bel alignement de platanes.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, vestiges

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2012

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lestienne Cécile, Malherbe Virginie, Lallement Aurélie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (canaux de Bourgogne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55