Présentation de la commune de Chagny

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Chagny

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Saône-et-Loire (71) ; Chagny

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 16 km au sud-ouest de Beaune et à 54 km au sud-ouest de Dijon, la commune de Chagny compte 5498 habitants (recensement INSEE 2008) pour une surface de 18,90 km². Elle est limitrophe de Corpeau au nord, de Chassagne-Montrachet au nord-ouest, de Rémigny à l'ouest, de Bouzeron au sud-ouest, de Rully au sud, de Fontaines et Lessard-le-National au sud-est, de Demigny à l'est et de Chaudenay au nord-est. La ville est traversée du nord au sud par la RN 6 et desservie au nord par la RD 113, à l'est et à l'ouest par la RD 62 et au sud par la RD 981. La ligne de chemin de fer entre Dijon et Chalon-sur-Saône transite par Chagny et une seconde ligne rejoint Le Creusot. Le Canal du Centre parcourt le territoire communal au sud et la Dheune coule d'ouest en est en contournant la ville au nord. Le noyau historique de Chagny est légèrement encaissé (autour de 210 m d'altitude) avec à l'ouest la côte viticole, au sud les montagnes de l'Ermitage et de la Folie où se trouvent des carrières, au sud-est et à l'est des terres agricoles et enfin la forêt de Chagny (autour de 230 m d'altitude). Au nord-est, au-delà des limites communales, s'étend la plaine agricole. Hormis depuis les parties les plus élevés des environs (côte viticole, Montagnes de la Folie et de l'Ermitage), la ville est peu visible du fait de son encaissement et de la présence de nombreux arbres qui dissimulent son étendue et ses bâtiments. Depuis la côte, on distingue plus particulièrement l'emprise urbaine de la commune avec quelques logements collectifs ou des bâtiments à vocation industrielle. Le noyau historique est délimité par la voie de chemin de fer à l'ouest et par l'ancien tracé de la RN 6 à l'est (avenue Général De Gaulle et rue de la Ferté), se prolongeant au sud (boulevard de la Liberté – faubourg du 18e siècle). Il présente une grande densité bâtie quelque peu aérée par des places publiques (place de l'Eglise, place du Théâtre, place d'Armes…) et quelques cours. Le bâti est implanté sur des parcelles en lanière mitoyennes formant une continuité de façade sur la rue. La trame viaire est relativement sinueuse provoquant des effets de fermeture accentués par la largeur modérée des rues et dans une moindre mesure par la hauteur des constructions. Les accotements sont dans la plupart des cas composés de trottoirs plus ou moins hauts qui peuvent être dallés, pavés ou bitumés. Des bacs à fleurs sont parfois installés sur les trottoirs et des emplacements de stationnement ont été aménagés. Quelques rues étroites ne possèdent pas d'accotements avec une chaussée en gravillons ou en bitume. Parmi les places publiques, celle du Théâtre se présente comme un vaste carré sur lequel ont été aménagées des places de stationnement. La place d'Armes est composée d'une esplanade triangulaire en gradin et couverte de dalles. Des jets d'eau ont été disposés sur un des côtés avec des polygones ornementaux de couleur lie de vin aux bords de la place. L'espace vide est largement occupé par les terrasses de café. La chaussée aux environs de la place d'Armes est pavée. Enfin, la place de l'Eglise est rectangulaire et couverte de gravillons. Elle ne dispose pas de mobilier urbain hormis l'Octagon de Saint-Eloi, oeuvre de Richard Serra installée en 1991. Le bâti du centre-ville se compose essentiellement de petites maisons étroites, comportant un rez-de-chaussée et deux étages, le dernier étant souvent en surcroît et éclairé par des baies oblongues (notamment rue de la République). Chagny possède également des maisons au gabarit plus volumineux avec généralement un passage cocher pratiqué au rez-de-chaussée permettant l'accès à une cour. Certaines d'entre elles s'apparentent à des hôtels particuliers. Enfin, quelques maisons présentant la typologie de l'habitat vigneron (escalier hors oeuvre, cellier au rez-de-chaussée et logis à l'étage) sont également visibles dans le noyau historique. Ces édifices sont majoritairement couverts de toits à longs-pans avec des tuiles plates ou mécaniques. Leurs façades sont le plus souvent enduites dans des tons froids (blanc, beige, gris) ou plus rarement chauds (jaune, orange, marron, lie de vin…). La forte prédominance de l'enduit compose des séquences chromatiques généralement homogènes, mais aussi dans quelques cas des effets de polychromie. Outre l'église Saint-Martin, inscrite Monument historique, le théâtre municipal dit des Copiaus et l'hôpital ayant fait l'objet d'un recensement du service régional de l'Inventaire, le centre-ville abrite plusieurs édifices témoignant d'une certaine valeur patrimoniale (voir fiches de signalement). Au nord et à l'est de ce noyau historique, se situe une zone au bâti varié. Certaines rues (rue des Ponts) présentent des bâtiments à vocation agricole (maisons de type vigneron), d'autres artères sont bordées de pavillons ou de maisons des trois premiers quarts du 20e siècle (avenue Général Leclerc) ou d'un habitat de ville (petites maisons mitoyennes) comme sur la rue du Pâquier Fané. L'ensemble présente une densité un peu plus aérée que le centre-ville avec une trame viaire sinueuse et relativement large. Au nord, deux ponts en pierre enjambent la Dheune. A l'est et au sud du centre historique, le territoire communal se compose essentiellement d'habitations soit sous la forme d'immeubles collectifs soit sous la forme de lotissements. Plusieurs zones dédiées à l'activité industrielle (tuileries, minoteries…) sont également implantées profitant de la proximité d'axes de communication importants (RN 6, canal du Centre, ligne de chemin de fer). Enfin au sud-est, le hameau de Bellecroix a été absorbé par l'extension de la ville. Il comprend à la fois un bâti ancien composé d'ensembles agricoles sur cour et un bâti pavillonnaire plus récent. Le hameau abrite également le château de Bellecroix (voir fiche IA21002163) actuellement reconverti en résidence hôtelière et dans le parc duquel se situe une croix du 15e siècle inscrite Monument historique.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/7
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image