Présentation de la commune de Paris-l'Hôpital

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Paris-l'Hôpital

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Saône-et-Loire (71) ; Paris-l'Hôpital

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 24 kms au sud-ouest de Beaune et à 62 km au sud-ouest de Dijon, la commune de Paris-l'Hôpital compte 208 habitants (recensement INSEE 2008) pour une surface de 2,74 km². Elle est limitrophe de Change au nord-ouest, de Créot à l'ouest, de Saint-Sernin-du-Plain au sud-ouest, de Sampigny-lès-Maranges au sud-est et de Dezize-lès-Maranges à l'est et au nord-est. A l'écart de la RD 133 qui passe à proximité du village du sud-est au nord, Paris-l'Hôpital est desservi par la RD 225 au sud en provenance de Saint-Sernin-du-Plain et traversé d'est en ouest par la RD 136 (rue des Bayards). Le village est implanté à l'ouest du territoire communal. Il se situe à une altitude d'environ 275 m au fond d'un large vallon culminant à près de 400 m. Le hameau de Cocelle se développe au sud du village sur le coteau (300 m d'altitude) sous la forme d'une rue perpendiculaire à la pente. Les coteaux, notamment celui au nord du village, sont largement occupés par la vigne. Le fond et les sommets du vallon sont couverts de terres agricoles (pâturages) et de bois de superficie modeste. Hormis depuis les coteaux avoisinants, le village est peu visible du fait de la sinuosité du vallon. La présence de nombreux arbres dans et autour du village dissimule en partie le bâti et aucun élément particulier ne se dégage de l'ensemble. La Cosanne ou Cozanne coule du nord à l'est au fond du vallon en passant à proximité du village. Ce cours d'eau est bordé de plusieurs moulins à l'écart du noyau villageois (moulin Martin, moulin Bachet, moulin Pignot). Le tissu urbain du village est groupé le long d'une artère principale (rue des Bayards) qui joint la mairie au sud-est à l'église au nord, et de quelques rues secondaires transversales. La trame viaire est assez sinueuse sauf pour la section centrale de la rue des Bayards. Les accotements sont le plus souvent en terre et gravillons, sans rigole d'écoulement et de plain-pied avec la chaussée. Le noyau villageois présente un bâti en grande densité notamment le long de la rue des Bayards. Celui-ci est généralement implanté parallèlement et à l'alignement de la voirie, de façon mitoyenne, y compris dans les impasses. Quelques ensembles sur cour aèrent légèrement le tissu et la partie est entre la rue des Bayards et la RD 133 est plus lâche, avec d'autres ensembles sur cour et des extensions pavillonnaires. La forme et la taille du parcellaire sont très variées. La place des Platanes, le long de la partie centrale de la rue des Bayards, se présente comme une esplanade longitudinale bitumée en léger surplomb et séparée de la rue par un muret surmonté d'une barrière métallique sur laquelle sont accrochées des jardinières. Une rangée de platanes, dont chaque tronc est entouré d'un parterre de fleurs, s'étire entre la rue et la place entre lesquels ont été aménagés soit des places de stationnement soit des bancs et des tables. Au-devant de la mairie, à l'intersection de la rue des Bayards et de la RD 133, une esplanade trapézoïdale accueille le monument aux morts de la commune encadré par deux bacs de fleurs. Recouverte de terre ou de graviers, elle dispose de plusieurs bancs en pierre et de plusieurs arbres récemment plantés. Elle est entourée d'un caniveau pavé. Le bâti d'origine agricole et plus particulièrement viticole, domine avec un grand nombre de maisons de vigneron (23 dénombrées). Celles-ci présentent le plus souvent un cellier au rez-de-chaussée avec parfois une cuverie attenante sous un même toit ou non, un logis à l'étage accessible par un escalier hors oeuvre parallèle à la façade et un étage de combles ou en surcroît. Ces maisons sont couvertes d'un toit à longs-pans et les murs sont soit enduits soit en moellons de pierre apparents. Si certaines ont conservé leur aspect d'origine avec parfois une souillarde, d'autres ont subi des modifications importantes comme l'installation de véranda sur le palier filant ou la réfection de l'escalier en béton recouvert de carrelage. Quelques ensembles à vo cation viticole présentent un volume plus important. Implantés sur cour, leur corps de logis est composé d'un rez-de-chaussée généralement surélevé et de deux étages et leurs murs sont enduits. Leurs proportions plus importantes et leurs toits à croupes les distinguent dans le paysage urbain (bâtiment à l'angle de la rue des Bayards et de la route de Nolay). D'autres maisons, de type habitations de ville, comportent un rez-de-chaussée et un ou deux étages, le deuxième étant soit de comble soit en surcroît. Le rez-de-chaussée est parfois occupé par des activités commerciales. Des cartes postales anciennes de la commune attestent que la plupart en était pourvues au début du 20e siècle. Le plus souvent mitoyennes, elles présentent une dominance de l'enduit dans la mise en oeuvre. Enfin, quelques maisons plus bourgeoises, entourées d'un jardin ou d'une cour, sont également visibles mais avec des formes différentes : une maison de maître, deux villas, une demeure flanquée de tourelles (voir fiche de signalement). Pour toutes ces typologies de bâtiments, l'étage en surcroît est éclairé par des baies oblongues ou carrées. Sur l'ensemble du bâti, la tuile mécanique est dominante mais on trouve également des toits couverts de tuiles plates. Les maisons les plus cossues sont le plus souvent couvertes en ardoises. L'ambiance chromatique est relativement homogène, les enduits, dont la présence est majoritaire, privilégiant les teintes claires (blanc, beige, gris). L'église fut construite durant la seconde moitié du 19e siècle. De plan basilical, elle comporte une tour-clocher carrée en façade construite en maçonnerie enduite et couverte d'une flèche polygonale en ardoise. La nef de quatre travées est flanquée de bas-côtés couverts en appentis d'ardoises. La nef et le choeur sont couverts d'un toit à croupe ronde en ardoise. Ils sont construits en moellons de pierre apparents avec assise en pierre de taille, et épaulés de contreforts. Les baies sont en plein-cintre. La mairie, située à l'extrémité sud de la commune et qui abrite également la Poste et une école, est un édifice de plan rectangulaire comportant un rez-de-chaussée et deux étages dont un de combles. Son toit à croupes est couvert d'ardoises et percé d'une lucarne à fronton triangulaire. Les murs, en maçonnerie enduite avec bandeau et assise en pierre, sont percés de baies rectangulaires. La façade sud porte l'inscription « MAIRIE » et le chronogramme « 1892 ». Deux perrons en pierre donnent accès au bâtiment et une extension a été pratiquée sur la façade nord. La mairie est entourée d'une cour ceinte d'un muret en moellons de pierre apparents. Contrairement au noyau villageois, le hameau de Cocelle présente une densification pavillonnaire qui contraste avec les ensembles agricoles et les maisons de vignerons.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/6
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image