Moulin de Branges, dit moulin Bernigaud ; minoterie ; usine de production d'électricité (paysages et activités liés à la Seille canalisée)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin, minoterie

Appelation d'usage

Moulin Bernigaud ; moulin de Branges

Destination actuelle de l'édifice

Usine de production d'électricité

Titre courant

Moulin de Branges, dit moulin Bernigaud ; minoterie ; usine de production d'électricité (paysages et activités liés à la Seille canalisée)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Saône-et-Loire (71) ; Branges ; R. D. 167

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Bourgogne

Canton

Louhans

Adresse de l'édifice

R. D. 167

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Seille canalisée (la)

Partie constituante non étudiée

Moulin, ferme, cheminée, entrepôt industriel, établissement administratif d'entreprise, barrage, moulin à foulon

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1862

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Propriété du seigneur de Branges sous l'ancien Régime, le moulin est lié au château de Branges, situé juste à côté et détruit en 1478. Vendu comme "bien national" en 1793, il est acheté par Jean-Pierre Germain, futur directeur de la Banque de France et Nicolas Coindre, issu également des milieux financiers. La famille Germain possède l'ensemble en 1811. C'est le seul des importants moulins du Louhannais qui échappe aux notables locaux pour rester propriété d'une riche famille parisienne. Sous la Restauration, il est composé de 6 moulins à grains, une rabatte, un foulon et une huilerie. L'ensemble est vendu en 1841 à un modeste bressan de l'Ain, Joseph Bernigaud, meunier à Sermoyer et son épouse. En 1851, suite à des difficultés financières, le moulin est aliéné au profit d'un boucher de Lyon, Jean-Antoine Plumet, gendre du vendeur. En 1860, le moulin est revendu à Claude-Philibert Bernigaud. En 1899, Paul, Léon et Henri Bernigaud fondent une Société en nom collectif : les fils de Philibert Bernigaud "pour la mouture et le commerce des grains". L'entreprise connaît une longue prospérité. Des maisons de type villas balnéaires sont construites pour leur compte dans la ville. En 1965, un immense incendie ravage le bâtiment central de la minoterie dont seules les dépendances sont épargnées. Un projet de reconversion en générateur électrique voit le jour dans les années 1980. Des travaux sont entrepris pour installer la turbine. Depuis 1990, une société est créée pour négocier avec EDF le rachat de l'énergie produite.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Moellon, enduit, brique, métal

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 2 étages carrés

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

Ensemble établi de chaque côté de la route menant à Branges, comprenant à gauche de la route le moulin proprement dit, des logements ouvriers (?), une cheminée à usage industriel, une allée d'arbres, une ferme (?). A droite de la route se trouvent successivement un entrepôt sur arcades semi enterrées, avec de grandes portes, un entrepôt avec des latrines sur l'eau, une ferme à pans de bois, un bâtiment à deux corps probablement à usage administratif. Le bâtiment principal du moulin compte 7 travées. L'actuelle unité de production électrique se compose d'une turbine de type hélice à axe vertical, construite par la société Schneider-Jacquet de Strasbourg (disparue aujourd'hui). Elle est implantée à plus de 3 m en dessous de la dalle de l'ancien bâtiment de la minoterie. Sa vitesse de rotation est de 89 tours/minutes. La production d'électricité est variable. Largeur du canal à proximité des grilles : 7,8 m ; hauteur d'eau dans le canal : 2 m ; section de passage : 14, 8 m2 ; débit maximum turbinable : 11, 8 m3/s ; débit turbinable : 8,88m3/s ; génératrice asynchrone verticale alstom de 200 kw. L'ensemble des accessoires électriques est regroupé dans 3 imposantes cellules.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Malherbe Virginie, Morelière Alain, Lallement Aurélie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (canaux de Bourgogne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire
17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/15
moulin de Branges, dit moulin Bernigaud ; minoterie ; usine de production d'électricité (paysages et activités liés à la Seille canalisée)
moulin de Branges, dit moulin Bernigaud ; minoterie ; usine de production d'électricité (paysages et activités liés à la Seille canalisée)
© Région Bourgogne - Inventaire général
Voir la notice image