Usine de préparation de produit minéral dite Lavoir des Chavannes (activités liées au canal du Centre)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de préparation de produit minéral

Appelation d'usage

Dite Lavoir des Chavannes

Titre courant

Usine de préparation de produit minéral dite Lavoir des Chavannes (activités liées au canal du Centre)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Saône-et-Loire (71) ; Montceau-les-Mines ; 40 quai du Nouveau port

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saône-et-Loire

Canton

Montceau-les-Mines

Lieu-dit

Les Chavannes ; bief 10 du versant Loire-Océan

Adresse de l'édifice

Nouveau port (quai du) 40

Références cadastrales

1978 CI 50 ; 56 ; 114 à 119 ; 154 à 158 ; 179 ; 181 à 184

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Canal du Centre

Partie constituante non étudiée

Bureau d'entreprise ; vestiaire ; port ; logement d'ouvriers

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1923 ; 1931

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

La construction de l'usine de préparation de produit minéral dite lavoir des Chavannes par la Cie Lyonnaise d'Entreprises et de Travaux d'Art sur les plans du cabinet d'architectes Considère, Pelnard-Caquot et Cie, débuta en 1923. La mise en route des huit lignes de traitement initiales s'échelonna de 1927 à 1930. Le matériel fut remplacé progressivement de 1947 à 1955, et automatisé entre 1989 et 1994, avant son arrêt définitif en novembre 1999. Parallèlement à la construction du lavoir, l'ancien réseau ferré à voies étroites fut remplacé par un réseau électrifié à voies normales, équipé d'une sous-station. Furent construits en 1931 à proximité du lavoir six logements ouvriers, des bureaux, des douches et des vestiaires. Chaque machine est dotée de son propre moteur électrique, l'énergie étant initialement fournie par la centrale électrique de Lucy II. En 1930 le lavoir avait une capacité de 1000 t par heure.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton ; résidu industriel en gros oeuvre ; acier ; brique ; calcaire ; béton armé ; fer ; pan de fer ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; enduit

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement ; 1 étage carré ; étage en surcroît

Typologie du couvrement

Charpente métallique apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; shed

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique ; achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site industriel desservi par voie navigable et embranchement ferroviaire, disposant de son propre port et d'un réseau ferré électrifié. Une structure porteuse en béton armé, constituée de piliers polygonaux et de poutres, forme les deux premiers niveaux (circulation et stockage). Au-dessus s'élève le niveau de traitement du minerai, constitué d'une structure à pans de fer, divisée en quatre volumes de hauteurs différentes. L'intérieur du bâtiment se compose d'un réseau dense de poutrelles et passerelles métalliques. L'ensemble du bâtiment est couvert de sheds, à l'exception des travées centrales du bâtiment, surélevées dans les années 1950 pour l'installation d'un pont roulant, et couvertes d'un toit à longs pans. Cette surélévation ainsi que quelques extensions contemporaines ont été réalisées en parpaings fabriqués à partir de résidu industriel de la centrale thermique. La sous-station, à pans de fer, est couverte de sheds. Les bureaux (étage carré), les douches (en rez-de-chaussée), les logements d'ouvriers (deux types E et un type 4 composés d'un étage de soubassement, d'un rez-de-chaussée et d'un étage en surcroît) , sont en moellon de calcaire enduit, couverts de toits à longs pans. Toutes les structures à pans de fer ou en béton armé ont un remplissage en brique. Les toitures sont en tuile mécanique. Le lavoir, la sous-station et les vestiaires ont des charpentes métalliques apparentes.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2000/10/13 : inscrit MH

Référence aux objets conservés

IM71000383 ; IM71000385 ; IM71000379 ; IM71000387 ; IM71000389 ; IM71000388 ; IM71000380 ; IM71000378 ; IM71000391 ; IM71000386 ; IM71000390 ; IM71000384 ; IM71000381 ; IM71000382

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Machine de production (étudiée dans la base Palissy)

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999 ; 2012

Date de rédaction de la notice

1999 ; 2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pillet Frédéric

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (enquête partielle, Communauté urbaine Le Creusot - Montceau-les-Mines) ; enquête thématique régionale (canaux de Bourgogne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/21