Maison d'officier des mines

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Titre courant

Maison d'officier des mines

Localisation

Localisation

Grand Est ; Haut-Rhin (68) ; Sainte-Marie-aux-Mines ; 3 place de la Fleur

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Sainte-Marie-aux-Mines

Adresse de l'édifice

Fleur (place de la) 3

Références cadastrales

2005 AO

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, dépendance

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 16e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Maison située dans la partie alsacienne de Sainte-Marie, élevée pour un officier des mines d'argent dans la 2e moitié du 16e siècle (la date 1589 est donnée par travaux historiques, sans indication de source). Ces maisons à tourelles d'escalier étaient caractéristiques de l'architecture alsacienne. En 1729 elle appartenait à Jean-Jacques Pisiger-Vinant, officier des mines, puis elle fut vendue en 1736 à Jean Christophe Jegner, également officier des mines. En 1763, la maison fut achetée par Médard Zetter, industriel mulhousien venu s'installer à Sainte-Marie où il créa une usine d'indiennes avec son beau-frère Philippe Steffan. En 1810, la maison fut achetée par le médecin Jean David Cellarius qui l'habita jusqu'à sa mort en 1840. Elle fut par la suite occupée par le tissage de Frédéric Urner à partir de 1877, puis après 1912, elle fut à nouveau habitée par des médecins, et cela jusqu'à nos jours. Le logis a subi des transformations, sans doute au 19e siècle (fenêtres rectangulaires non moulurées). Sur un dessin de Joseph Stumpff du milieu du 19e siècle, un bâtiment annexe faisait retour sur l'extrémité gauche du gouttereau antérieur ; il n'existe plus aujourd'hui. Un second bâtiment annexe a été ajouté au 19e siècle, contre le mur-pignon postérieur. La maison a été entièrement restaurée en 1981.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, moellon, enduit

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré

Commentaire descriptif de l'édifice

Maison présentant son mur-gouttereau antérieur sur la place (en léger retrait) et son mur-pignon sur la rue du Temple, entourée d'un jardin. Clôture formée par une grille en fer forgé, ouverte par une porte cochère à piédroits de grès. Sur le mur-gouttereau antérieur, une tourelle d'escalier demi-hors-oeuvre dépasse en hauteur le toit d'un niveau de fenêtre. La tourelle est percée de deux fenêtres rampantes, aux chambranles moulurés et d'une fenêtre rectangulaire au sommet. Le mur avec chaîne d'angle harpée est percé de trois travées de fenêtres rectangulaires et au rez-de-chaussée d'une porte dont le linteau est gravé sur un cartouche d'une date, illisible. La porte de la cave en sous-sol a une porte cachée par deux battants métalliques. Le mur-pignon sur rue est percé de deux travées de fenêtres (trois dans le pignon, dont une en plein cintre). Le mur-gouttereau postérieur est précédé d'un avant-corps à croupe et percé de fenêtres rectangulaires, dont une à meneau. Le mur-pignon postérieur est percé de fenêtres à chambranles moulurés, dont une avec meneau (au rez-de-chaussée). Toit à longs pans et demi-croupes.

Commentaires d'usage régional

Tourelle d'escalier,chaîne d'angle harpée,baie en plein-cintre,fenêtre à meneau,porte cochère

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Scheurer Marie-Philippe, Raimbault Jérôme

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31