Chapelle Saint-Charles-Borromée et cimetière de religieux

Désignation

Dénomination de l'édifice

Chapelle, cimetière

Genre du destinataire

De catholiques

Titre courant

Chapelle Saint-Charles-Borromée et cimetière de religieux

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Schiltigheim ; 29, 31 rue Saint-Charles

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté urbaine de Strasbourg

Canton

Schiltigheim

Lieu-dit

Centre ville (quartier du)

Adresse de l'édifice

Saint-Charles (rue) 29, 31

Références cadastrales

1990 : 30

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Maison de retraite Saint-Charles

Références de l'édifice de conservation

IA67018025

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1868, 1880

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Spitz François Charles (commanditaire)

Description historique

La chapelle Saint-Charles-Borromée a été construite par les entrepreneurs et charpentiers Garner père et fils en 1868 d'après les plans de l'architecte strasbourgeois Eugène Petiti (1809-1883). Les pierres de taille proviennent des carrières de grès rose de Saverne et de Phalsbourg. Le décor sculpté est l'oeuvre du sculpteur Eugène Dock (1827-1890), à l'exception du tympan du portail réalisé en 1877 par les sculpteurs allemands Renn père et fils à Spire. La chapelle est inspirée de celle du couvent de la Toussaint à Strasbourg, maison mère de la Congrégation des soeurs de la Charité de Strasbourg, pour lesquels l'architecte Eugène Petiti et le sculpteur Renn père étaient déjà intervenus entre 1854 et 1858. La cérémonie de la pose de la première pierre eut lieu le 23 avril 1868 alors que les fondations étaient déjà achevées. La chapelle fut consacrée par monseigneur Raess le 4 novembre 1868, jour de la saint Charles Borromée. Le fondateur de l'orphelinat Saint-Charles, supérieur de la Congrégation des soeurs de la Charité de Strasbourg, qui paya en partie la chapelle de ses propres deniers, a été inhumé à son chevet en 1880, après la supérieure générale Vincentia Sultzer, enterrée le 1er mai 1868. D'autres supérieurs et supérieures générales de cette congrégation sont inhumés ad sanctos.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan régulier

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Parterre de gazon ; arbre isolé

Commentaire descriptif de l'édifice

Chapelle néo-médiévale voûtée en grès rose, couverte d'un toit à longs pans en ardoise, orné d'un épi de faitage en grès sur le pignon est. Des contreforts sont présents sur toutes les faces de la chapelle. Le portail est logé dans un avant-corps avec gable ; il possède un tympan sculpté. La façade est surmontée par un clocheton à flèche de pierre, d'inspiration néo-romane, reposant sur un corbeau à masque humain. Deux baies cintrées éclairent la façade. La nef rectangulaire possède cinq travées, éclairées par dix baies en arc brisé, tandis que le choeur, pentagonal, est éclairé par cinq baies identiques. Une corniche moulurée saillante reposant sur des corbeaux ceinture l'édifice. La sacristie est adossée à la face nord du choeur. Elle possède un toit à deux versants et son mur-pignon nord est orné de deux gargouilles côté nord. Elle est éclairée par une baie cintrée. Un emmarchement précède sa porte d'entrée située à l'ouest ; celle-ci est protégée par un auvent en fer forgé et verre. A l'intérieur, la tribune d'orgue en grès est située à l'entrée de la nef : elle est portée par trois arcades reposant sur deux piliers ; le garde-corps en grès se compose d'arcatures reposant sur des colonnettes dotées de chapiteaux à crochets. Un jardin d'agrément borde le chevet de la chapelle. Les tombes de supérieurs de la Congrégation des Soeurs de la Charité dont celle du chanoine Spitz ont été placées au pied du choeur. Celle du chanoine Spitz est mise en valeur au centre par un monument funéraire séparé, orné d'une statue de saint Charles Borromée. Les sépultures sont marquées par quatre stèles funéraires. Un monument funéraire distinct, à droite de la grotte de Lourdes, et dans l'axe de l'allée menant au cimetière des religieuses, abrite la sépulture de trois prêtres. Haie verte, topiaire.

Commentaires d'usage régional

Porche saillant,chevet à pans coupés,campanile

Protection

Référence aux objets conservés

IM67018520, IM67018523, IM67018527, IM67019820, IM67019686, IM67019826, IM67018528, IM67019779, IM67019767, IM67019743, IM67019780, IM67018529, IM67018518, IM67019694, IM67019812, IM67018519, IM67019827, IM67019703, IM67019789, IM67019799, IM67019744, IM67019734

Observations concernant la protection de l'édifice

Chapelle réplique moins riche de celle du couvent de la Toussaint, maison-mère de la Congrégation des soeurs de la Charité de Strasbourg dont le chanoine Spitz était le supérieur général.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Paillard Elisabeth, Haegel Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31