Parc de l'ensemble castral de Thanvillé

Désignation

Dénomination de l'édifice

Parc

Appelation d'usage

De Thanvillé

Titre courant

Parc de l'ensemble castral de Thanvillé

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Thanvillé ; 7 rue du Château

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Villé

Lieu-dit

Château de Thanvillé

Adresse de l'édifice

Château (rue du) 7

Références cadastrales

1992 03

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Giessen

Partie constituante non étudiée

Verger, pavillon, clôture de jardin

Nom de l'édifice

Ensemble castral de Thanvillé

Références de l'édifice de conservation

IA67012201

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 18e siècle, 2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1770, 1868, 1883

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Lort de Saint-Victor Charles Frédéric de (commanditaire), Dartein (commanditaire), Castex Théodore, vicomte de (commanditaire), Castex Maurice, vicomte de (commanditaire)

Description historique

Les renseignements historiques parvenus jusqu'à nous ne semblent pas faire état d'un parc à une époque ancienne. Néanmoins, il est possible de retracer les grandes étapes de la création de ce parc ainsi que ses limites chronologiques. Un premier jardin d'agrément fut peut-être créé vers 1770, lors des importants travaux de modernisation commandités par Charles Frédéric de Lort de Saint-Victor. Les deux seuls éléments certains qui en sont conservés sont le portail s'ouvrant sur la bordure sud du parc, en créant ainsi un nouvel axe de circulation évitant la cour des communs, ainsi que le vivier. Un plan de 1786, dressé au moment de l'achat de la seigneurie par Jean Félix de Dartein (1747-1788) et une description du château datée de 1808, alors qu'il était la propriété de son frère Charles, permettent de mieux comprendre son état au tournant des 18e et 19e siècles. Il s'agit d'un jardin régulier, composé de vergers, d'un vivier (peut-être plus ancien) , de parterres de pièces coupées et de carrés de jardin. Un réseau d'adduction d'eau fut créé, en creusant un petit canal amenant de l'eau de la rivière Giessen. Il était fortement inscrit dans le paysage, avec des allées régulières plantées d'arbres menant au domaine castral. Des travaux semblent avoir été entrepris vers 1813, puisque des statues et des ornements furent réalisés, dont seule subsisterait aujourd'hui une fontaine (étudiée dans la base Palissy). Un second jardin, cette fois irrégulier fut mis en place vers 1830 comme le montre un dessin de C. de Dartein de 1830 reproduit par M. de Castex (allées sinueuses, buissons et jeunes arbres à l'emplacement des anciennes pièces coupées) ou en 1832 comme l'affirme un auteur. De même une photographie ancienne (entre1890 et1912) montre le vivier bordé d'arbres d'un certain âge. Le jardin fut à nouveau modifié très probablement par le vicomte Théodore de Castex (1828-1898) , lors de la restauration du domaine à partir de 1868. Mais la guerre de 1870 rendit nécessaire la restauration du parc entreprise par son fils Maurice (1853-1931) vers 1883. De l'une ou l'autre de ces époques datent un petit pavillon, les faux dehors encadrant l'entrée sud de la cour des communs et le mur avec échauguette et porte crénelée à l'angle sud-ouest du parc. Le résultat fut un jardin romantique, évoquant le passé au travers de décors héraldiques disposés sur les murs des fabriques ou sur des statues (voir dossier Palissy). Un potager fut sans doute aussi créé (sud des communs). Maurice commandita ou dessina (?) des parterres de broderie dans la cour des communs, le long des fossés sud et est. Si les parterres ont bel et bien existé, il n'en va peut-être pas de même des broderies. Ainsi des photographies prises par Sadoul (entre 1890 et 1912) montrent la cour ornée de parterres engazonnés et d'arbres. Un autre plan, non daté, montre des parterres simples. En outre, le parc abritait également des plantes en pot, et ce en 1808, 1830 ou entre 1890 et 1912.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Moellon, grès, brique

Typologie de plan

Jardin mixte

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Arbre isolé ; pelouse ; parterre de gazon ; massif d'arbres ; labyrinthe

Commentaire descriptif de l'édifice

Dans son état de la fin du 18e siècle le jardin régulier occupait les flancs sud et ouest du domaine. On y accédait par le portail percé dans la bordure sud, longeant la route de Sélestat à Villé. Une allée régulière droite menait à la façade sud du château, bordée de vergers, celui à l'ouest de plan carré et celui à l'est de plan rectangulaire. Le verger ouest était délimité par un labyrinthe. Celui à l'est l'était par la route venant de la tour-porte. L'allée qui menait depuis le portail au château était bordée de six carrés (groupés par trois) de jardins. Un vivier de plan circulaire (à l'abandon et envahi par la végétation) y était intégré. La façade ouest du château donnait sur un jardin régulier composé de parterres de pièces coupées traversé d'allées biaises.

Commentaires d'usage régional

Portail

État de conservation (normalisé)

Détruit

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1985/11/15 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Seul est inscrit le vestige du mur de clôture avec portail et tourelle à l'extrémité Ouest du domaine.

Référence aux objets conservés

IM67012854, IM67014805, IM67014808

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Haegel Olivier, Mengus Sylvie

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel
Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31