maison Les Bleuets

Désignation

Dénomination

maison

Appellation et titre

Les Bleuets

Titre courant

maison Les Bleuets

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Mont-Dore

Aire d'étude

Rochefort-Montagne

Adresse

Georges-Clemenceau (avenue) 36

Référence cadastrale

1963 AB 487

Milieu d'implantation

en ville

Parties non étud

jardin

Historique

Datation des campagnes principales de construction

1er quart 20e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle

Datation en années

1907, 1909, 1912, 1939

Justification de la datation

daté par source

Auteurs de l'oeuvre

Jarrier Louis (architecte)

Justification de l'attribution

attribué par source

Commentaire historique

Maison, dite Les Bleuets, construite à partir de 1907 d'après un projet de l'architecte clermontois Louis Jarrier, sans doute pour le propriétaire du palace Sarciron du Mont-Dore. En 1909, il dessine une grille en fer gorgé pour fermer la propriété côté avenue, mais elle ne semble pas avoir été réalisée. En 1912, le même architecte fait un projet pour l'ajout d'un oriel - toujours en place actuellement - sur l'élévation ouest. En 1939, un nouveau projet d'agrandissement côté sud-ouest est réalisé par l'architecte Marcel Jarrier, le fils de Louis, mais il n'aboutira pas.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

andésite, moellon, pierre de taille, enduit partiel

Matériau de la couverture

matériau synthétique en couverture, ardoise

Vaisseau et étage

sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît

Parti d’élévation extérieure

élévation à travées

Type de la couverture

toit à longs pans brisés, croupe brisée

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

Commentaire description

Maison construite sur un sous-sol demi-enterré, éclairé par des soupiraux. Le corps de bâtiment (est) donnant sur l'avenue comprend un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît éclairé par des lucarnes passantes à fronton. Le corps de bâtiment perpendiculaire à travées, s'ouvrant au sud, est un peu plus bas : rez-de-chaussée surélevé et premier étage sont couronnés par un étage de comble, lui aussi éclairé par des lucarnes. L'ensemble du bâtiment est vraisemblablement construit en moellons d'andésite, mais une grande partie des élévations est enduite. Seul les solins sont en moellons apparents disposés en "opus incertum" et une partie de l'élévation sud-est, sur la hauteur du rez-de-chaussée est en pierre de taille d'andésite. Les toits, certainement couverts d'ardoise à l'origine, sont aujourd'hui en bardeaux synthétiques.

Technique du décor des immeubles par nature

sculpture, céramique

Représentation

fronton ; fleur ; tête : femme

Précision sur la représentation

Les lucarnes présentent des frontons triangulaires sculptés. Certains pleins-de-travées s'ornent de décors en céramique, (fleurs, tête de femme...) par exemple sur l'élévation sud-est.

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1997

Crédits

© Région Auvergne - Inventaire général du patrimoine culturel

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29