établissement thermal dit établissement Mabru

Désignation

Dénomination

établissement thermal

Appellation et titre

établissement Mabru

Titre courant

établissement thermal dit établissement Mabru

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Bourboule (La)

Aire d'étude

Rochefort-Montagne

Adresse

Choussy (place)

Milieu d'implantation

en ville

Historique

Datation des campagnes principales de construction

3e quart 19e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

1er quart 20e siècle

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

L'établissement thermal dit établissement Mabru, est la seconde maison de soins thermaux créée à La Bourboule après l'établissement Choussy. Il entre directement en concurrence avec ce dernier vers 1865 environ, et s'édifie sur l'emplacement d'un hôtel appartenant à la même famille et créé vers 1862. Après la construction des Grands Thermes et jusqu'à sa fermeture, il accueillera la clientèle de 3e classe (la 2e étant réservée à l'établissement Choussy et la 1ère, aux Grands Thermes). A la fin des années 1930, et malgré quelques restaurations (non déterminées précisément) au début du 20e siècle, il est devenu trop vétuste : sa destruction et son remplacement sont demandés. Il fonctionne cependant encore en 1951, mais dans des conditions d'hygiène jugées inacceptables par l'Inspection de la Santé, qui réclame à nouveau sa fermeture. Cette fermeture est probablement effective, puisqu'une demande de permis pour la reconstruction de l'établissement est déposée en septembre 1956, mais le projet ne sera pas concrétisé ; l'établissement Mabru n'existe plus aujourd'hui et son emplacement est occupé par les locaux de la buanderie Choussy.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

crépi moucheté, pierre (?), moellon (?), pierre de taille (?)

Matériau de la couverture

ardoise

Vaisseau et étage

sous-sol, 1 étage carré

Type de la couverture

pignon couvert

Commentaire description

L'ancien établissement Mabru n'est plus connu que par un plan sommaire daté de 1879, et par une carte postale du début du 20e siècle. L'édifice se présentait comme une construction en longueur avec un étage carré sur rez-de-chaussée (et peut-être sur sous-sol) , couverte d'un toit à longs pans et pignon couvert, en ardoise. Les matériaux de construction ne sont pas connus, peut-être des moellons de pierre, apparemment enduits d'un crépi moucheté, imitant les joints de la pierre de taille au niveau du rez-de-chaussée. Les encadrements et chaînes d'angles étaient vraisemblablement en pierre de taille. Le plan de 1879 laisse voir en rez-de-chaussée 18 cabines de bains, dont la moitié éclairée par des fenêtres sur rue, et l'autre moitié ouverte sur un espace à l'arrière, en partie cour ouverte et en partie zone couverte. Sur cet espace donnaient aussi 13 autre "cabinets" (de bains ?) , un chauffoir à linge et une salle de bains de pieds. Enfin, deux réservoirs étaient construits à l'extérieur, à l'arrière du bâtiment.

Etat de conservation

détruit

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1999

Crédits

© Région Auvergne - Inventaire général du patrimoine culturel

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29