Hôtel Métropole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel de voyageurs

Appelation d'usage

Hôtel Métropole

Destination actuelle de l'édifice

Immeuble

Titre courant

Hôtel Métropole

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Bourboule (La)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rochefort-Montagne

Adresse de l'édifice

Verdun (avenue de) 49

Références cadastrales

1966 AE 8

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par travaux historiques, attribué par tradition orale

Description historique

Hôtel de voyageurs, dit hôtel Métropole, construit sur la rive gauche de la Dordogne : le terrain à bâtir est acheté en 1881 à la Compagnie des eaux par Monsieur Loiseau. En 1891, les travaux sont à peine commencés, et l'hôtel n'ouvre que vers 1895. Entre temps, la propriété a été revendue aux Ferreyrolles-Plagne (propriétaires d'un autre hôtel à La Bourboule). L'architecte de l'édifice serait Jean-Joseph Teillard, architecte clermontois. Vers 1907, une aile plus basse en retour est ajoutée sur la cour arrière, du côté est, au quadrilatère du bâtiment d'origine. Au cours du 1er quart du 20e siècle, avant la première guerre, on fait appel à l'architecte parisien Georges Vimort pour procéder à d'importantes extensions, puisqu'il s'agit de doubler la surface du Métropole. Vimort accole deux bâtiments à l'édifice d'origine : l'un au sud-ouest, qui prolonge sur l'arrière, avenue de Verdun, l'avant-corps de droite originel, et l'autre, plus important, qui vient doubler toute l'élévation orientale en suivant la courbe de l'avenue d'Italie et en s'alignant au sud sur la rue de Reims. Les travaux commencent vers 1910-1912 pour la partie ouest, et 1913-1914 pour la partie est, mais ils semblent être interrompus par la guerre, et ne s'achever qu'au retour de la paix. Actuellement, le Métropole est devenue une résidence, revendue par appartements.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre (?), tuf volcanique, trachyte, andésite, moellon, pierre de taille, crépi moucheté, enduit d'imitation

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, croupe brisée, dôme, toit brisé en pavillon, toit à deux pans, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu

Commentaire descriptif de l'édifice

La partie la plus ancienne de l'hôtel est constituée d'un vaste quadrilatère à deux avant-corps, auquel se sont rajoutés d'importantes extensions, refermant l'édifice en U autour d'une petite cour-jardin. Le gros-oeuvre, enduit d'un crépi moucheté à partir du premier étage, est vraisemblablement en moellons de pierre (tuf dit pierre de la Bugette, trachy-andésite, mélange en appareil mixte ?). Le rez-de-chaussée est en pierre de taille de tuf, ou en bossage de pierre pour les agrandissements. Les murs de l'aile la plus basse, à l'est côté cour, sont en crépi moucheté imitant un appareil de pierre de taille. Les encadrements ainsi que les chaînes d'angles, utilisent aussi à la fois la trachy-andésite, le tuf et un autre type de pierre claire (pour les parties les plus récentes) , que ce soit ensemble (lits alternés) ou séparément. Les toitures, couvertes d'ardoises, sont percées de lucarnes. Il s'agit essentiellement de toits à longs pans et croupes brisés, mais les deux avant-corps de l'élévation principale sont surmontés de pavillons brisés, et l'agrandissement sud-ouest est couvert d'un dôme. La travée centrale de l'élévation principale, en légère avancée, a reçu un traitement particulier, avec un oriel (rénové) aux 1er et 2e étages, une baie en plein-cintre au niveau de l'étage de comble et le pignon découvert d'un toit à deux pans pour couronner le tout. La plupart des fenêtres ouvrent sur des balcons ou des balconnets. L'escalier principal dans-oeuvre, en bois, tournant à retours avec jour, a été déporté sur le côté ouest de l'édifice.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique

Indexation iconographique normalisée

Tête : femme ; tête : homme

Description littéraire de l'iconographie

La façade de l'aile sur cour, côté est, est ornée de médaillons circulaires en terre cuite représentant des profils de femmes et d'hommes.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29

1/25
hôtel Métropole
hôtel Métropole
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP
Voir la notice image