Château d'Allagnat

Désignation

Dénomination

château fort, château

Appellation et titre

Château d'Allagnat

Titre courant

Château d'Allagnat

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Ceyssat

Aire d'étude

Rochefort-Montagne

Lieu-dit

Allagnat

Référence cadastrale

1822 D1 845, 846, 839 à 842, 1984 ZH 183, 184, 185

Milieu d'implantation

en village

Parties non étud

cour, fournil, étable à chevaux, jardin d'agrément, fontaine, escalier indépendant

Historique

Datation des campagnes principales de construction

13e siècle (?), 14e siècle (?), 17e siècle, 1er quart 19e siècle

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Château, dit château d'Allagnat, bâti autour d'une cour, sur les vestiges d'un ancien château fort appartenant aux seigneurs de Murat (leur blason est à l'entrée) , et dont il reste essentiellement un ancien donjon circulaire, probablement du 13e ou du 14e siècle. Un texte de 1680 mentionne un ancien pont-levis disparu. Les bâtiments accolés à cette tour médiévale, à l'ouest de la cour, et qui abritent aujourd'hui le logis, datent principalement du 17e siècle. Une tourelle d'escalier en vis dessert la partie sud des bâtiments. Le corps de logis se situe alors au nord ; il a été incendié en 1945, après avoir été occupé. Les restes de ce logis sont aujourd'hui des dépendances (anciennes cuisines, four, cellier, grenier...). Les propriétaires sont au 17e siècle les de Chabannes, seigneurs de Nébouzat, puis les Roussel, seigneurs de la Batisse. Au 18e siècle, la propriété appartient aux Jouvenceau (faïencerie de Clermont-Ferrand) , puis passe en 1797 aux Culhat de Chamond. Elle y reste jusqu'en 1911. Cette famille fait ajouter un avant-corps à la partie sud-est du château, au début du 19e siècle. Le jardin d'agrément, à l'est de la propriété, est également refait au début du 19e siècle. Au 20e siècle, ce sont les Rochette de Lempdes, à la suite de Madame des Mazis, qui possèdent Allagnat.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

basalte, lave, moellon, appareil mixte, enduit, trachyte, andésite, pierre de taille

Matériau de la couverture

pierre en couverture, tuile plate, tuile creuse, tuile creuse mécanique

Vaisseau et étage

rez-de-chaussée, 3 étages carrés

Type et nature du couvrement

voûte d'arêtes, voûte en berceau

Type de la couverture

toit à longs pans, pignon couvert, pignon découvert, croupe, croupe ronde, toit conique

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie, escalier de distribution extérieur : escalier en équerre, en maçonnerie, escalier isolé : escalier symétrique, en maçonnerie

Commentaire description

Château constitué de l'assemblage de plusieurs bâtiments d'époques différentes, autour d'une cour. L'ensemble des murs est en appareil mixte de moellons (basalte et lave) , partiellement enduits. Les encadrements d'ouvertures sont en pierre de taille d'andésite (ou trachy-andésite). Le donjon circulaire porte un toit conique couvert de lauzes (de même que la tourelle d'escalier) ; il est composé de trois étages-carrés. La pièce de son rez-de-chaussée est voûtée d'arêtes. Le corps de logis ouest comporte deux étages-carrés et il est couvert d'un toit à longs pans en tuiles creuses mécaniques : le premier étage est accessible par un escalier extérieur en équerre, en pierre, avec un garde-corps à balustres. L'avant-corps du 19e siècle a deux étages-carrés et un étage de comble. Sa toiture à longs pans et pignons découverts, est couverte de tuile plate. Les angles de son mur-pignon, côté est, portent deux échauguettes. Les dépendances nord sont à sous-sol semi-enterré, rez-de-chaussée surélevé accessible par quelques marches extérieures, et un étage en surcroît, éclairé par des lucarnes à fenêtres pendantes. Leur toiture, en tuile plate, est à longs pans et pignons couverts. Les anciennes cuisines et le petit cellier, situés dans les vestiges de la partie incendiée, sont voûtées respectivement d'arêtes et d'une voûte en berceau. Le fournil, à gauche du portail d'entrée de la cour, a été restauré dans le dernier quart du 20e siècle. Il abrite, outre un four à pain, trois cuviers en terre cuite, maçonnés, au rez-de-chaussée. Le château a conservé une communication directe avec une tribune privée de l'église voisine. Le jardin d'agrément, comprenant une plantation de hêtres, un jardin potager, des buis, une fontaine avec vasque à godrons, a été replanté au cours du 19e siècle. L'accès à la partie basse du jardin se fait par un escalier symétrique, en andésite.

Protection

Date protection

2000/08/10 : inscrit MH

Précisions sur la protection MH

château (cad. ZH 185) , y compris ses décors intérieurs (salle à manger, grand salon, petit salon et salon gris du donjon du 1er étage, vestibule à alcôve, chambre verte et chambre bleue au 2e étage) et son parc avec ses jardins en terrasse avec bassin et escalier (cad. ZH 183 et 184) : inscription par arrêté du 10 août 2000.

Intérêt de l'oeuvre

à signaler

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

2002

Crédits

© Région Auvergne - Inventaire général du patrimoine culturel

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29