Maison Claret

Désignation

Dénomination

maison

Appellation et titre

Maison Claret

Titre courant

Maison Claret

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Laqueuille

Aire d'étude

Rochefort-Montagne

Adresse

3e maison

Référence cadastrale

1823 B3 1294 à 1298, 1201, 1202, 1984 B 799

Milieu d'implantation

en village

Parties non étud

jardin

Historique

Datation des campagnes principales de construction

limite 18e siècle 19e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

20e siècle (?)

Justification de l'attribution

attribution par source

Remploi

remploi

Commentaire historique

Maison édifiée (ou reconstruite ?) à la fin du 18e ou au début du 19e siècle, avant 1823, par l'architecte riomois Claude François Marie Attiret Mannevil, à la demande de François Murol, pour son fils, notaire royal. La tradition veut que les remplois de style Renaissance (colonnes, porte d'entrée, porte intérieure) utilisés dans la construction par Attiret, proviennent de l'ancien château fort de Laqueuille, aujourd'hui disparu. L'appellation de "maison Claret" vient du nom des [derniers] propriétaires, membres de la famille Claret connue pour avoir été à l'origine du premier tramway de Clermont-Ferrand. La petite pièce en avancée, du côté est de la façade principale, et qui correspondait à la "souillarde" a été détruite à une époque indéterminée, sans doute au cours du 20e siècle.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

andésite, pierre de taille

Matériau de la couverture

pierre en couverture

Vaisseau et étage

rez-de-chaussée, 1 étage carré

Parti d’élévation extérieure

élévation à travées

Type de la couverture

toit à longs pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie

Commentaire description

Maison d'un étage carré, à travées, bâtie en pierre de taille d'andésite (appareil non régulier). Les encadrements sont également en andésite. La porte d'entrée est constituée d'éléments Renaissance en remploi, remontés dans le désordre (pilastres, panneaux à "cuir découpé"). Le comble est éclairé par des oeils-de-boeuf interrompant l'avant-toit. Le toit, à longs pans, est couvert de lauzes. L'escalier d'accès au premier étage est un escalier tournant en pierre, à retours, sans jour (rampe sur rampe).

Technique du décor des immeubles par nature

sculpture

Représentation

colonne ; pilastre ; ordre ionique ; cuir découpé

Précision sur la représentation

colonnes baguées d'ordre ionique disposées comme décor dans le jardin, pilastres de même type que les colonnes, remontés avec des panneaux à cuir découpé (utilisés comme bases) pour former l'encadrement de la porte d'entrée.

Protection

Eléments remarquables

porte ; colonne

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

2002

Crédits

© Région Auvergne - Inventaire général du patrimoine culturel

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29