Usine de pâte à papier Mayen ; puis huilerie Nourylande, puis Robbe, actuellement huilerie Robbe et usine de produits chimiques Novance

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de pâte à papier, huilerie

Appelation d'usage

Usine de pâte à papier Mayen ; puis Huilerie Nourylande, puis Robbe

Destination actuelle de l'édifice

Huilerie ; usine de produits chimiques

Titre courant

Usine de pâte à papier Mayen ; puis huilerie Nourylande, puis Robbe, actuellement huilerie Robbe et usine de produits chimiques Novance

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Oise (60) ; Venette ; rue André-Mellenne ; chemin de Jaux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Oise

Canton

Compiègne Sud

Adresse de l'édifice

André-Mellenne (rue) ; Jaux (chemin de)

Références cadastrales

1982 C 168, 964 à 966, 738

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Oise (l')

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, conciergerie, bureau d'entreprise, cheminée d'usine, aire des produits manufacturés, chaufferie, cantine, vestiaire, château d'eau, réservoir industriel, entrepôt industriel, laboratoire, logement patronal, pont-bascule, station d'épuration, cour, stationnement, voie ferrée

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1923

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

En 1923, l'industriel Mayen fait construire une usine de pâte à papier, utilisant la paille et l'alfa, blanchie par traitement chimique et désincrustation, selon le procédé de Vains. Les architectes Itally et Douroy sont chargés de la réalisation des bâtiment industriels ainsi que de la cité de trente six logements. Si cette dernière est aujourd'hui détruite, les bâtiments industriels construits à cette époque sont toujours exploités. En 1932, le site change de propriétaire et de destination. La société hollandaise Nourylande le transforme en huilerie, spécialisée dans la fabrication d'huiles alimentaires, arachide et soja. Les travaux entrepris pour cette nouvelle affectation sont conduits par l'architecte hollandais Postma. L'ensemble est repris en 1970 par la société dieppoise Robbe, qui continue la précédente activité et fait construire les silos. En 1992, avec l'arrivée sur le site de la société Novance, un nouvel atelier destiné à la fabrication de biocarburant (diester) est construit, en même temps que la station d'épuration et la centrale électrique. 130 000 tonnes de graines de colza sont traités annuellement sur le site, et permettent la production de 62 000 tonnes d'huile et produits dérivés. Ceux-ci sont utilisés dans les résines synthétiques pour peintures, vernies et encres. 1923 : l'usine fonctionne au moyen de deux turbines couplées chacune à un alternateur de 1000 Kw. 1962 : plus de 200 salariés ; 1983 : 50 salariés. 1995 : 170 salariés. 2000 : 120 salariés.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton, parpaing de béton, béton armé, pan de béton armé, fer, pan de fer, essentage de tôle, ciment, enduit

Matériaux de la couverture

Béton en couverture, tôle ondulée, tôle nervurée, ciment amiante en couverture, matériau synthétique en couverture

Description de l'élévation intérieure

4 étages carrés

Typologie du couvrement

Charpente métallique apparente, charpente en béton armé apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, appentis, toit bombé, shed ovoïde, terrasse, lanterneau

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par un embranchement ferroviaire et une voie navigable. Les constructions de l'ancienne usine de pâte à papier sont en pan de béton et parpaings. L'atelier de pression, le bâtiment de pré-stockage, et ceux abritant actuellement les bureaux et les laboratoires de recherche sont couverts de toits bombés en béton armé. L'atelier de retraitement comporte 4 étages couronné d'un toit à longs pans avec lanterneau destiné à l'aération et à l'éclairage zénithal. L'atelier de distillation, à deux étages, comporte un toit en terrasse. A l'arrière des bureaux, un atelier de maintenance est constitué de trois travées couverts en shed ovoïde. Le hangar à tourteaux, large de deux travées est à pan de fer recouvert d'un essentage de tôle ondulée. Il comporte une charpente métallique apparente supportant une double toiture à longs pans et pignons couverts. Les silos sont en béton armé, de même que la cheminée d'usine, haute de 45 mètres. L'atelier de diestier est en pan de fer recouvert d'un bardage de tôle nervurée.

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Atelier de fabrication ; cheminée d'usine

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dufournier Benoît, Fournier Bertrand

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_compiegne

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens