Filature de laine SAPIL ; puis usine de matières plastiques Union Chimique Française, puis Rhône Poulenc

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de matières plastiques

Appelation d'usage

Filature de laine SAPIL ; usine de matières plastiques Union Chimique Française, puis Société des produits chimiques de Ribécourt, puis Péchiney, actuellement Rhône Poulenc

Titre courant

Filature de laine SAPIL ; puis usine de matières plastiques Union Chimique Française, puis Rhône Poulenc

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Oise (60) ; Ribécourt-Dreslincourt ; 704 rue Pierre-et-Marie-Curie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Oise

Canton

Ribécourt-Dreslincourt

Lieu-dit

Le Saussoy

Adresse de l'édifice

Pierre-et-Marie-Curie (rue) 704

Références cadastrales

1989 AN 10, 12 à 19

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Canal latéral de l'Oise

Partie constituante non étudiée

Voie ferrée, conciergerie, stationnement, bureau d'entreprise, réservoir industriel, atelier de fabrication, entrepôt industriel, réservoir industriel, magasin industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1924, 1935, 1946, 1962, 1976

Commentaires concernant la datation

Daté par tradition orale, daté par source, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

Lefort (ingénieur)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Usine de matières plastiques implantée dans le 2e quart du 20e siècle, à l'emplacement de la ferme abbatiale, dite du Saussoy, détruite pendant la Première Guerre mondiale. En 1924, deux agriculteurs fondent avec leurs dommages de guerres la SAPIL (SA Pour l'Industrie Lainière) , composée d'un entrepôt et un atelier lainier, où sont aujourd'hui installés l'atelier de maintenance, une partie des ateliers de fabrication et le magasin des produits barytiques de l'usine chimique. En 1928, l'ensemble est absorbé par le groupe belge du baron de Wittouck, qui crée l'Union Chimique Française. En 1934, l'usine passe au groupe Peychiney et prend le nom de Société des produits chimiques de Ribécourt. L'activité se développe dans la production de chlore et ses dérivés. C'est dans cette perspective et dans le contexte de l'avant guerre, qu'en 1938, un nouvel atelier d'électrolyse est construit par Lefort, ingénieur des Arts et Métiers. En 1940, la production est arrêtée et une partie du site est incendié au cours des bombardements de 1944. Vers 1950, le site comprend une unité de fabrication de polystyrène. En 1962, l'usine porte la raison sociale Peychiney Produits chimiques, fabricant de matières plastiques et d'élastomères. De nouvelles installations complètent l'ensemble vers le sud. En 1976, elle devient une société de Rhône Poulenc, fabriquant des produits chimiques de base avec la marque déposée Rhodopas. Depuis 1998, le site appartient toujours au même groupe mais a changé d'appellation et porte désormais les noms de Rhodia Chimie pour la production de Rhodopass, et Nova Chemical pour celle du polystyrène.
1935 : 2 chaudières Stirling et un groupe turbo-alternateur de 375 kW, système Zoelly, par Cail-Five. 1950 : polymérisation du styrène selon le procédé Haward. De 1954 à 1967 : fabrication de latex.
1939 : environ 170 salariés. 1962 : plus de 200 salariés. 1995 : 315 salariés. 1998 : 230 salariés.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, béton, parpaing de béton, béton armé, essentage de tôle

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, ardoise, ciment en couverture, béton en couverture, verre en couverture

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés, comble à surcroît

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, toit bombé, terrasse, shed, shed ovoïde

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par un embranchement ferroviaire et une voie navigable. Les ateliers de fabrication les plus anciens sont en pan de fer et brique avec essentage de tôle ondulée et ciment amiante. L'un des ateliers est à charpente en bois avec assemblage par boulons. Il mesure 45 m de large sur 75 m de long, sans support intermédiaire. La structure de ce bâtiment est inspirée de ceux présentés à l'Exposition Universelle de 1937. Les ateliers de fabrication plus récents sont en pan de fer ou pan de béton et béton armé, brique, parpaings ou essentage de tôle. Les plus importants comportent quatre niveaux d'élévation. A l'extrémité sud-est, la centrale des eaux est en béton armé couverte de cinq sheds ovoïdes.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dufournier Benoît, Fournier Bertrand

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_compiegne

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens