Sucrerie de betteraves Desmarest-Vervelle et Cie, puis Fantauzzi

Désignation

Dénomination de l'édifice

Sucrerie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Sucrerie de betteraves

Appelation d'usage

Sucrerie Desmarest-Vervelle et Cie, puis Fantauzzi

Titre courant

Sucrerie de betteraves Desmarest-Vervelle et Cie, puis Fantauzzi

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Oise (60) ; Coudun ; 795 rue Saint-Hilaire

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Oise

Canton

Ressons-sur-Matz

Adresse de l'édifice

Saint-Hilaire (rue) 795

Références cadastrales

1982 C 1258, 1377

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Voie ferrée, atelier de fabrication, cheminée d'usine, chaufferie, conciergerie, bureau d'entreprise, magasin industriel, transformateur (abri), logement d'ouvriers

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1855, 1887, 1894, 1899

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Sucrerie de betteraves créée en 1855 par la société Desmarest-Vervelle et Cie, qui devient avant 1884 Desmarest-Delahaye et Cie. Les bâtiments sont agrandis en 1887 et 1894. En 1896, l'entreprise est rachetée par Joseph Fantauzzi, de Marseille, qui procède à de nouveaux agrandissements en 1899. Transmise ensuite à Antoine, Mathieu et Jules Fantauzzi, la sucrerie apparaît en 1937 sous la raison sociale J. Fantauzzi, puis Compagnie Sucrière J. Fantauzzi avant 1962. Vers 1970, l'activité sucrière stoppe pour laisser place à une usine de nettoyage de fûts métalliques pour les Etablissements Goux. Cette dernière affectation provoque la démolition de plusieurs bâtiments anciens et l'élévation de nouveaux ateliers abritant les chaînes de conditionnement.
1855 : machine à vapeur de 15 ch. Capacité de production en 1937 : 600 tonnes par 24 heures.
1962 : plus de 50 salariés. 1999 : plus de 150 salariés.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, béton, parpaing de béton, fer, pan de fer, essentage de tôle, brique creuse

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile mécanique, ciment en couverture, matériau synthétique en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Charpente métallique apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe, terrasse

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par un embranchement ferroviaire. 2 cheminées d'usine, dont l'une est tronconique en brique, haute de 25 m environ, sur socle carré, et l'autre à fût métallique s'élevant à 30 m. Les anciens bureaux et bâtiments administratifs sont en brique, à un étage carré et couverts en ardoise. Les logements ouvriers sont en brique et couverts en tuiles mécanique. Les bâtiments situés au sud et correspondant à la dernière période construction sont essentiellement en essentage de tôles.

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Visite refusée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dufournier Benoît, Fournier Bertrand

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_compiegne

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens