Auberge du Cerf, puis maison et pharmacie André

Désignation

Dénomination de l'édifice

Auberge ; maison

Appelation d'usage

Auberge du Cerf ; Pharmacie André

Titre courant

Auberge du Cerf, puis maison et pharmacie André

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Condé-sur-l'Escaut ; 33-35 place Pierre-Delcourt

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Condé-sur-l'Escaut

Lieu-dit

Condé-sur-l'Escaut centre

Adresse de l'édifice

Pierre-Delcourt (place) 33-35

Références cadastrales

1826 D1 146 ; 1875 D2 863 ; 2010 AR 458

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Magasin de commerce

Nom de l'édifice

Place d'Armes, actuellement place Pierre-Delcourt

Références de l'édifice de conservation

IA59002795

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

Limite 13e siècle 14e siècle ; 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1842

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Melot (commanditaire)

Description historique

Sur le Plan des rues qui composent la ville de Condé dressé en 1754 (AC Condé-sur-l'Escaut) , l'édifice, localisé au n°12 de la Place, est désigné comme la Maison dit le cherf (= cerf) appartenant à Vasseau (ou Jasseau ?). L'appellation, encore usitée dans un document de 1822 avec la précision auberge du Cerf, fait référence à une fonction remontant au Moyen Age, ce que pourrait corroborer la présence de caves de stockage datées de la fin du 13e siècle ou du début du 14e siècle par Jean-Denis Clabaut, archéologue du bâti. En 1840, le propriétaire, M. Melot, soumet à la préfecture le projet de modification du 1er étage et de rehaussement de sa maison, illustré d'élévations de l'état avant travaux et de l'état projeté (AD Nord, O. 151 193) ; l'arrêté préfectoral d'autorisation en date du 6 juin 1840 est cependant rapporté, en réponse au souhait du maire et au motif qu'il est interdit de conforter une maison ne se conformant pas à l'alignement prescrit par le règlement de 1823. Un nouvel arrêté préfectoral pris le 18 septembre 1841autorise finalement l'exhaussement, puisque celui-ci, loin de conforter la maison, l'affaiblira plutôt et ne manquera pas de hâter sa ruine ! Un ultime arrêté préfectoral, le 8 août 1842, autorise la reconstruction totale de la façade dans la mesure où Melot se résout à suivre l'alignement, donc à reculer la façade, moyennant une indemnité de 1 200 F accordée par la ville et à la condition expresse de conserver les plafonds de (sa) maison (...) et de ne pas (se) conformer enfin au type des maisons de MM. Miroir et Delcourt, ses voisins de gauche et de droite (AC Condé-sur-l'Escaut, P 11). Il est donc possible, qu'en plus des sous-sols, l'édifice conserve des murs plus anciens que ceux de la reconstruction du 19e siècle ; cependant l'analyse de la cave indique que la façade actuelle, malgré son reculement en 1842, est située plus avant que l'implantation du sous-sol : la maison médiévale se trouvait donc sans doute encore en retrait par rapport à l'alignement actuel. Au 20e siècle, vers 1930, une devanture de style Art déco est percée dans la façade. Actuellement, une pharmacie (Crombez puis André) occupe l'espace commercial.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; calcaire marbrier ; enduit

Matériaux de la couverture

Tuile flamande mécanique

Typologie de plan

Plan régulier en L

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; 2 étages carrés ; étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes ; voûte en berceau

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

L'élévation de l'état existant en 1841, dessinée par l'architecte valenciennois Henri Vallez, montre une façade à deux niveaux (les travées ne sont pas affirmées) et étage de comble, percée d'une porte cochère. Le gros-oeuvre de l'édifice actuel est très probablement réalisé en brique (ce qui est bien visible pour l'aile en retour) mais la façade, au-dessus du solin de pierre calcaire marbrière (pierre bleue) , est totalement revêtue d'un enduit, traité à faux refends au rez-de-chaussée. Les caves voûtées ont fait l'objet d'une analyse par Jean-Denis Clabaut, archéologue du bâti (en annexe). Au-dessus de celles-ci s'élèvent le rez-de-chaussée, deux étages carrés, le second moins développé que le premier, et un étage de comble éclairé par deux lucarnes en menuiserie couvertes en arc segmentaire. Les cinq travées de façade, dont les baies rectangulaires barlongues sont soulignées d'un chambranle mouluré, donnent le rythme vertical, l'articulation horizontale étant assurée par la présence des corniche et cordons et la répétition des balconnets. Une porte cochère correspond à l'emprise des troisième et quatrième travées, liées au premier étage par la présence d'un balcon commun. La devanture arts-déco, recoupée par des huisseries métalliques formant quadrillage, est encadrée par un large bandeau en ciment moulé orné de motifs décoratifs. Le toit à longs pans porte des tuiles flamandes mécaniques.

Technique du décor des immeubles par nature

Maçonnerie ; fonderie ; ferronnerie

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme architecturale ; ornement à forme géométrique ; ornement à forme végétale

Description de l'iconographie

Maçonnerie : modénature ; devanture à bandeau orné de cannelures convexes, de motifs en écailles, en perles (patenôtres) , le tout traîté dans un esprit géométrisé.£Ferronnerie : garde-corps (moderne) du balcon ; frises végétales de la devanture.£Fonderie : garde-corps des balconnets en fonte de fer.

Protection et label

Eléments remarquables dans l'édifice

Sous-sol ; devanture

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Oger-Leurent Anita

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex

1/2