Série de 2 maisons

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Maisons en série (série de 2)

Titre courant

Série de 2 maisons

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Condé-sur-l'Escaut ; 18, 20 place Pierre-Delcourt

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Condé-sur-l'Escaut

Lieu-dit

Condé-sur-l'Escaut centre

Adresse de l'édifice

Pierre-Delcourt (place) 18, 20

Références cadastrales

1826 D1 438, 439 ; 1875 D2 538, 539 ; 2010 AP 282, 283

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Place d'Armes, actuellement place Pierre-Delcourt

Références de l'édifice de conservation

IA59002795

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1821

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Housez-Wattellez Carloman (commanditaire)

Description historique

Le plan parcellaire de 1808 montre que deux maisons, situées à la suite de l'ensemble du corps de garde édifié en 1788-89, s'avançaient de plus de deux mètres sur la place d'Armes. En 1820, l'autorité municipale souligne que leur saillie est choquante, couvre le corps de garde et gêne la surveillance de la place et que leur sacrifice serait nécessaire pour la régularité du rang ; constat qu'entérine l'ordonnance royale du 6 juin 1821 autorisant la ville à acquérir l'emplacement d'une portion de deux maisons nécessaire à l'alignement et à l'embellissement de la place d'Armes (AC Condé-sur-l'Escaut, P 10). Dès le 27 juillet 1820, le propriétaire, Carloman Housez-Wattellez, négociant, s'était engagé par écrit à une reconstruction sur l'alignement du corps de garde dans le courant du mois de juin 1821 (AD Nord, O. 151 152). Les façades ont été altérées par une reprise du percement en rez-de-chaussée et des applications d'enduit dans le courant du 20e siècle ayant entraîné un appauvrissement du décor (il semble en particulier, d'après les cartes postales du début du 20e siècle, que les pilastres de ces deux maisons aient été terminés par des chapiteaux ioniques).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; calcaire ; enduit

Matériaux de la couverture

Tuile flamande mécanique

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; 2 étages carrés ; étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

La maison n° 20 (à gauche) compte deux travées, la maison n° 18, trois travées. Toutes deux comprennent, au-dessus du sous-sol, un rez-de-chaussée et deux étages carrés, le premier étant plus développé que le second. Ces niveaux d'étages sont articulés par des pilastres d'ordre colossal autrefois terminés par des chapiteaux ioniques, maintenant simplement moulurés. Le toit à longs pans porte, pour le n° 20, des tuiles flamandes mécaniques, pour le n° 18, des tuiles flamandes mécaniques à glaçure plombifère. L'étage de comble était éclairé par des lucarnes en menuiserie, couvertes en arc segmentaire, maintenant disparues. La maçonnerie est probablement en brique mais un enduit épais recouvre les façades, laissant cependant voir l'usage de la pierre calcaire blanche pour la corniche denticulée du n° 18.

Technique du décor des immeubles par nature

Maçonnerie ; sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme architecturale : ordre colossal, ordre ionique, pilastre, agrafe, denticules

Description de l'iconographie

Ornement architectural : ordre colossal de pilastres ioniques, agrafes de plates-bandes ; denticules de corniche.

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

L'enjeu de la reconstruction de ces deux maisons dépasse leur individualité : alignées à la suite de la maison n° 22 qui, dans la décennie de 1790, avait repris textuellement le modèle de l'élévation du corps de garde, elles proposent un gabarit moins élevé et une pente de toit moins prononcée qui seront conservés pour l'ensemble de la reconstruction du rang dans les années 1840-1850. Cependant, la proposition d'articulation de la façade par un ordre colossal de pilastres, fidèle à la tradition classique française, ne sera pas étendu aux maisons suivantes. Il s'agit donc d'un modèle de transition.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Oger-Leurent Anita

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex

1/3