Maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Titre courant

Maison

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 59 Condé-sur-l'Escaut

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Condé-sur-l'Escaut

Lieu-dit

Condé-sur-l'Escaut centre

Adresse de l'édifice

Notre-Dame (rue) 12-14

Références cadastrales

1826 D1 315, 1875 D2 338, 2010 AR 334

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle (?), 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1897

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Martel Edouard (commanditaire)

Description historique

Sur les plans cadastraux de 1826 et 1875 apparaît un édifice composé d'un corps de bâtiment perpendiculaire à la rue sur lequel se greffe un bâtiment en retour, parallèle à la rue mais situé en milieu de parcelle. Le 28 avril 1897, M. Edmond Martel achète à la ville une bande de terrain en front-à-rue lui permettant de construire un bâtiment à étage surmonté d'un grenier conforme à l'alignement prescrit (AD Nord, O 151 182). On peut donc estimer que le bâtiment principal est édifié en 1897, mais se trouve relié aux constructions préexistant sur l'arrière, peut-être datables du 18e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, calcaire

Matériaux de la couverture

Matériau synthétique en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

Le grand corps de bâtiment en front-à-rue est élevé en brique, la pierre calcaire (dite de Soignies) étant utilisée en placage sur le solin, en encadrement des baies (encadrement partiel à l'étage) et en cordons. La maçonnerie est raidie par des ancrages en fonte de fer. Au-dessus du sous-sol s'élèvent le rez-de-chaussée, l'étage carré et un étage de comble éclairé par deux lucarnes en menuiserie ; le toit à longs pans est couvert par des ardoises synthétiques. La façade comprend cinq travées dont les baies sont couvertes en arcs segmentaires. La travée centrale, plus large et comprenant la porte bâtarde, fait office d'axe de symétrie ; le rythme de la composition est souligné par les deux lucarnes placées au-dessus des travées qui encadrent la travée centrale. Les deux baies de droite en rez-de-chaussée ont été modifiées par le percement d'une porte de garage. Le bâtiment arrière est bâti en briques, enduites, sur un solin de pierre calcaire blanche. Il se développe lui aussi sur cinq travées. La cour centrale a été couverte. L'escalier tournant en retour avec jour est en chêne, et se déploie suivant un axe perpendiculaire au vestibule, à sa droite.

Technique du décor des immeubles par nature

Maçonnerie, fonderie

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique

Description littéraire de l'iconographie

Maçonnerie : modénature en briques (reliefs de briques structurant l'élévation) et en pierre.£Fonderie : fers d'ancrage en fonte de fer à enroulements.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Oger-Leurent Anita

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel