Maison, actuellement laboratoire d'analyses médicales

Désignation

Dénomination

Maison

Destinations successives et actuelle

Laboratoire d'analyses médicales

Titre courant

Maison, actuellement laboratoire d'analyses médicales

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 59 Condé-sur-l'Escaut

Aire d'étude

Condé-sur-l'Escaut

Lieu-dit

Condé-sur-l'Escaut centre

Adresse

Gambetta (rue) 45

Référence cadastrale

1826 D1 194, 1875 D2 396, 397, 2010 AR 392

Milieu d'implantation

En ville

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 18e siècle

Datation en années

1785

Justification de la datation

Date portée

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

L'ancre sculptée sur l'allège de la travée centrale en façade, qui accompagne la date de 1785, indique le lien qu'entretenait le commanditaire (inconnu à ce jour) avec l'univers de la batellerie particulièrement prospère à Condé au 18e siècle. Cette maison abrite maintenant un laboratoire d'analyses médicales.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, brique

Matériau de la couverture

Tuile flamande mécanique

Vaisseau et étage

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble

Type et nature du couvrement

Voûte en berceau

Parti d’élévation extérieure

Élévation à travées

Type de la couverture

Toit à longs pans

Commentaire description

La maison proprement dite s'élève en front-à-rue ; lui succèdent en profondeur une cour (maintenant couverte) , puis un deuxième petit corps de bâtiment en fond de parcelle. La maison comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble. Le sous-sol s'étend sur deux salles voûtées en berceau (enduit) et dallées, se développant perpendiculairement à la rue. Le rez-de-chaussée est couvert par des voûtes à la picarde (voûtement consistant en une succession de voûtains de briques parallèles entre eux et retombant sur des solives) sous lesquelles se trouvait accroché un plafond avant les travaux de transformation en laboratoire. L'étage de comble est éclairé sur la rue par une lucarne. La toiture à longs pans est couverte de tuiles flamandes mécaniques. La façade se développe sur trois travées, la porte étant située à droite. Elle est entièrement élevée en pierre calcaire grise mais doublée sur l'intérieur de la maison par une maçonnerie de briques. Cette élévation en pierre présente la particularité d'utiliser des monolithes de grandes dimensions, soit en poteaux verticaux ou horizontaux, soit en plaques ; chacun des éléments structurel de la façade correspond à un élément de pierre. Les trumeaux en particulier sont constitués de poteaux en pierre reposant, au rez-de-chaussée, sur des joints de plomb. L'articulation est soulignée par une modénature discrète, les six agafes des clefs d'arcs faisant une saillie plus prononcée. Les baies sont couvertes par des arcs segmentaies. La corniche, formée d'une pierre monolithe, est travaillée en talon et doucine. La lucarne est elle aussi en pierre. Les traces d'outil sont nettement visibles, notamment sur le soubassement. L'austérité et la minéralité de l'ensemble étaient, avant les aménagements contemporains, adoucie par des volets articulés en bois et des menuiseries à boudins et petits bois encore visibles sur un cliché de 1969 (Conservation régionale des Monuments historiques). La façade arrière, donnant sur la cour couverte, est actuellement enduite ; dans le petit corps de bâtiment de fond de parcelle, la pièce est couverte par un plafond de poutres et solives.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Représentation

Ancre ; agrafe

Précision sur la représentation

Décor en façade.

Protection

Date protection

2007/02/05 : inscrit MH partiellement

Précisions sur la protection MH

La protection MH porte sur les façades et toitures.

Intérêt de l'oeuvre

À signaler

Observations

Le mode constructif de la façade de cet édifice, rendu possible par les qualités physiques de la pierre, s'avère être un unicum à Condé ; elle appartient cependant à une typologie de maisons urbaines caractéristique du Hainaut septentrional à l'époque moderne (Mons en particulier, Ath, Leuze). La diffusion du modèle a sans doute accompagné le transport des matériaux par l'Escaut, d'autant plus que l'on peut supposer que le maître d'ouvrage, lié au monde de la batellerie, n'ignorait pas les caractères de la construction en usage en dehors de Condé.£Par ailleurs, cette maison est révélatrice de la diversité de la manière de bâtir à Condé au 18e siècle : en effet le Réglement échevinal de 1752 sur la manière de construire, s'il oblige les propriétaires à déposer une demande d'autorisation de bâtir et à se conformer à un alignement sur rue, n'impose aucun modèle de façade.

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

2006

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Oger-Leurent Anita

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dossier

Dossier individuel