Salle des fêtes dite Salle Sthrau

Désignation

Dénomination de l'édifice

Salle des fêtes

Appelation d'usage

Salle Sthrau

Titre courant

Salle des fêtes dite Salle Sthrau

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Maubeuge ; rue Georges-Paillot

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté d'agglomération Maubeuge Val-de-Sambre

Canton

Maubeuge Nord

Adresse de l'édifice

Georges-Paillot (rue)

Références cadastrales

2002 N 96

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1923

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Cette salle était à l'origine la chapelle du collège des jésuites, voisin transformé en collège actuellement. La chapelle avait plusieurs fonctions avant la Première Guerre mondiale : musée et salle de répétition de musique. L'édifice avait souffert pendant la guerre, il restait les murs extérieurs et le pignon, mais il n'y avait plus de toiture ni de divisions intérieures. Le projet consistait à diviser le volume initial et d'employer du béton armé pour les planchers et la charpente Le décor est réalisé par Jean Paul Lafitte, fils de Jean Lafitte. Le relevé de l'état existant date de 1922 et le projet de réaménagement de mars 1923, approuvé en décembre 1923 par le conseil municipal qui accorde une subvention 614 470 francs. Les travaux sont terminés en 1929. Actuellement l'édifice n'est plus accessible au public, dans l'attente d'une restauration.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique

Matériaux de la couverture

Matériau synthétique en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Charpente en béton armé apparente

Typologie de couverture

Toit à deux pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie, cage ouverte

Commentaire descriptif de l'édifice

Les murs extérieurs et le mur-pignon, datant du 17e siècle, sont en brique avec soubassement et chaînage en pierre de taille. La partie inférieure du mur-pignon est intacte avec son portail en pierre bleue à colonnes surmonté d'une niche avec pilastres, encadré de volutes et surmonté d'un fronton brisé dans lequel est inséré le blason de la ville posé sur un socle. La porte et sa ferronnerie sont un aménagement de Lafitte. Le vestibule donne accès à la salle de musique, pièce rectangulaire de 10 m sur 18 environ, décorée d'une série de panneaux peints, au plafond à caissons en stuc. L'escalier est tournant, à quatre volées droites ; sur les murs enduits de la cage ont été gravés un joueur de lyre et une danseuse. Le foyer et la salle de bal sont situés au premier étage, séparés par la cage d'escalier, qui est couverte d'un plafond vitré, d'une coupole en verre et ferronnerie et de voûtes en berceau transversaux. L'ensemble de la structure est en béton. Le foyer est couvert d'une voûte en berceau, décorée d'un treillage et de fleurs en ferronnerie, dont les boutons sont des ampoules, et éclairé par une verrière percée dans le pignon. Le décor est en ferronnerie : les rampes d'escalier, représentant la Tragédie et la Comédie, le treillage de la voûte du foyer, les luminaires, le tympan lumineux situé au-dessus du dégagement de la salle de bal, décoré d'une danseuse. La salle de bal mesure 10m de large sur 24m de long, s'élève sur les deux niveaux et se termine en cul-de-four, qui est l'abside de l'ancienne chapelle. La tribune possède une estrade permettant d'accueillir des musiciens. La salle est couverte d'une voûte en berceau à caissons et d'un plafond vitré en forme d'ellipse, de 12m sur 7 et d'une voussure. Les parois sont décorées de deux peintures murales, portant l'inscription Lafitte, 1927 et représentant la fête de la libération du 23 février 1749 et la fête Mabuse, en honneur du peintre Jean Gossaert, originaire de la ville. Ces peintures ont été restaurées en 1960.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture, décor stuqué, ferronnerie

État de conservation (normalisé)

Désaffecté

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1958/11/04 : inscrit MH partiellement ; 1997/12/01 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures : inscription par arrêté du 4 novembre 1958 ; intérieur, salle de bal, salle de musique, foyer, escalier d'honneur et décors : inscription par arrêté du 1er décembre 1997.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Le réaménagement de la chapelle des jésuites en salle des fêtes pendant l'entre-deux-guerres est une belle réalisation. Aujourd'hui, une rénovation et une réutilisation seraient nécessaires.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Luchier Sophie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel
151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex