Filature et tissage de coton Dassonville Leplat, puis Legrand et Cie, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Filature de coton

Appelation d'usage

Filature et tissage Dassonville Leplat, puis Legrand et Cie, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Titre courant

Filature et tissage de coton Dassonville Leplat, puis Legrand et Cie, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 59 Tourcoing

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Nord

Canton

Tourcoing nord est

Lieu-dit

Flocon Blanche-Porte (Quartier)

Adresse de l'édifice

Austerlitz (rue d') 41

Références cadastrales

1885 D 4829 à 4837, 1983 HS 54, 55, 60, 61, 62, 63, 76, 187, 197

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, cour, magasin industriel, entrepôt industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1871, 1888, 1913, 1926, 1930

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Maillard J.-B. (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Fileurs de père en fils, les membres de la famille Dassonville, originaires de Mouscron en Belgique, s'installent à Tourcoing en 1806. En 1871, Emile Dassonville érige une filature rue Notre-Des-Anges, qui deviendra bientôt la rue d'Austerlitz. La succession, vers les années 1895, se fera au bénéfice de deux de ses neveux qui fonderont la SNC Legrand et Cie. Un tissage est édifié en 1913 à côté de la filature. La guerre intervient et c'est en 1920 que la société reprend ses activités sous l'appellation Usine de la Blanche-Porte. C'est alors que Joseph Legrand imagine un nouveau mode de commercialisation du linge de maison : la vente par correspondance. Par le biais d'encarts publicitaires dans la presse, mettant l'accent sur la qualité de ses produits et l'économie réalisée par ce mode de distribution, l'entreprise fait flores. En 1922 la firme devient la SA des Usines de la Blanche-Porte Legrand et Cie. En 1924, quelques 500 dépôts en France permettent à la clientèle de s'approvisionner. L'usine est agrandie en 1926 et 1930 par l'architecte J-B Maillard. L'entreprise exporte ses produits vers l'Afrique et l'Amérique du sud. Elle est reprise dans le même temps par les neveux de M. Joseph Legrand, les frères Wibaux. Ceux-ci se séparent. Théodore Wibaux puis sa veuve, Gabrielle Wattinne, reprennent la direction de la société. Par la diversité toujours croissante des produits proposés, une logistique irréprochable, ainsi que l'alliance réalisée en 1983 avec "Les Trois Suisses Internationales", les Usines de la Blanche-Porte ont su traverser jusqu'à nos jours les séismes qui ont ébranlé l'industrie textile. Un puits est foncé en 1888 à une profondeur de 141 m.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique

Matériaux de la couverture

Métal en couverture, tuile flamande mécanique, verre en couverture

Description de l'élévation intérieure

4 étages carrés

Typologie du couvrement

Charpente métallique apparente, charpente en bois apparente

Typologie de couverture

Terrasse, toit à longs pans, croupe, shed

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre, en maçonnerie

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, produite sur place

Commentaire descriptif de l'édifice

La filature, en brique, est flanquée sur l'élévation nord-ouest de 3 escaliers demi hors-oeuvre en maçonnerie, dont un surmonté d'un réservoir d'eau. Elle possède quatre étages et est couverte de toits à longs pans à croupe avec métal en couverture. La maison, en brique enduite, est en rez-de-chaussée surélevé sur cave. Elle a un étage et un étage de comble éclairé par deux lucarnes. Elle est couverte d'un toit à longs pans et de tuile flamande mécanique. Les magasins et entrepôts sont en rez-de-chaussée couverts de sheds.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1995

Date de rédaction de la notice

1996

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ramette Jean-Marc

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_lille

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional du Nord - Pas-de-Calais - DAIRE 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex - 03 28 82 67 40