Maison de notable

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Maison de notable

Titre courant

Maison de notable

Localisation

Localisation

Grand Est ; Moselle (57) ; Vic-sur-Seille ; 2 rue des Carmes ; rue du Pont-Neuf

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Vic-sur-Seille

Canton

Vic-sur-Seille

Adresse de l'édifice

Carmes (rue des) 2 ; Pont-Neuf (rue du)

Références cadastrales

1830 566-568, 1985 2 100, 2011 2 688

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Séchoir à houblon, jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 17e siècle, 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Lamy, Alfred : maire de Vic (habitant célèbre)

Description historique

Maison construite dans le 1er quart du 17e siècle au même moment que d'autres maisons de notables encore visibles dans Vic. La façade sur la rue des Carmes a été entièrement remaniée au cours du 18e siècle, ainsi qu'une partie du décor intérieur (lambris, cheminées). A la fin du 19e siècle, cette demeure fut la propriété d'Alfred Lamy, maire de Vic de 1875 à 1887, conseiller général et député, propriétaire de vignes et de houblonnières. Ceci explique la présence d'un séchoir à houblon construit sans doute à cette époque sur la base d'une ancienne exploitation.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, grès, moellon sans chaîne en pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, tuile en écaille

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, en rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre, escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice de plan massé situé en angle de rue, en moellon enduit. Il s'élève sur un étage auquel s'ajoute un étage en surcroît dont les fenêtres géminées de la façade sur jardin sont caractéristiques des demeures construites au début du 17e siècle dans la région. La couverture à longs pans et croupes est en tuile mécanique. La présence de tuiles en écaille sur l'un des pans constitue un vestige du mode de couvrement préexistant. L'accès à la maison s'effectue par l'intermédiaire du jardin. On y pénètre par un portail à piliers d'ordre toscan à bossage continu en table portant couronnement en fer forgé. La porte principale de la maison ouvre sur un long couloir présentant un dallage en partie ancien. Ce couloir distribue, du côté de la rue, trois pièces en enfilade et de l'autre côté, la cuisine encore munie de sa pierre à eau, de son potager en pierre et d'une haute cheminée, puis une petite pièce. Le couloir aboutit à une courette autrefois fermée sur l'extérieur qui donne accès à l'escalier en vis, en gypse. Les pièces du rez-de-chaussée possèdent encore des lambris d'appui ou des lambris de revêtement simples, à trois niveaux. On remarque plusieurs cheminées datables de la charnière des 18e et 19e siècles, des plafonds à la française, plusieurs glaces au cadre doré. La charpente se compose de cinq fermes et date au moins du 18e siècle. La façade sur le jardin présente un aspect homogène datable du début du 17e siècle : fenêtres à meneaux sans mouluration, porte agrémentée d'un jeu de moulures plates formant pilastres au niveau des chambranles. Le linteau, lui aussi mouluré, supporte un fronton droit interrompu par une niche elle-même surmontée d'un fronton courbe. L'exploitation, large de sept travées, dont le mur de la façade s'adoucit pour suivre la courbe de la rue, se situe dans le prolongement du bâtiment principal. Elle présente des ouvertures en grès rose dans les étages et en calcaire au rez-de-chaussée (deux portes charretières, une porte piétonne). Ce contraste de matériaux, comme celui des moulures témoignent d'une reprise de construction dans le dernier tiers du 19e siècle, sans doute au moment où est installé le séchoir à houblon. Celui-ci est toujours en place.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, ferronnerie, menuiserie

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme architecturale

Description de l'iconographie

Moulures et niche de la porte principale, couronnement du portail du jardin

État de conservation (normalisé)

Bon état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Decomps Claire, Gloc Marie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63

1/35
maison de notable
maison de notable
© Région Lorraine - Inventaire général
Voir la notice image