cité ouvrière Thiercelin Parichault

Désignation

Dénomination

cité ouvrière

Appellation et titre

Cité ouvrière Thiercelin Parichault

Titre courant

cité ouvrière Thiercelin Parichault

Localisation

Localisation

Champagne-Ardenne 51 Epernay

Aire d'étude

Epernay centre

Adresse

Thiercelin-Parichault (rue) 3 à 75, 8 à 50 ; Côte-Legris (rue de la) 7 à 45 (n° impairs) , 12 à 18 ; Irène-Joliot-Curie (rue) 33 ; Semonts (rue des) 18-22, 29

Référence cadastrale

2000 BK 36, 59 à 61, 64 à 85, 111, 113, 115 à 118, 121, 319 à 346, 351 à 356, 359 à 374, 376, 377, 464, 486, 481 à 483, 503, 515, 517, 520

Milieu d'implantation

en ville

Parties non étud

garderie d'enfants, jardin d'agrément, portail, mur de clôture

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 19e siècle

Datation en années

1886, 1887, 1900

Justification de la datation

daté par source, porte la date

Auteurs de l'oeuvre

Gaillandre ; Alban (architecte) ;

Personnalitées

Thiercelin, Félix-Simon (donateur) Parichault, Joséphine (donateur)

Commentaire historique

Le lotissement : vers 1872 est tracée la rue Neuve de la Côte Belle sur des terrains situés au-delà du parc appartenant à la famille Mérendet. Sur cette voie nouvelle, est implantée à partir de 1886 une cité ouvrière. Des chemins sont redressés pour former les rues de la Côte Legris et des Semonts. La conception de la cité montre la recherche d'une qualité architecturale supérieure à celle de la Cité Jémot, de 20 ans antérieure. Elle comprend 81 parcelles dont 65 maisons simples sur parcelles étroites de 5, 50 à 7, 50 m de largeur et 30 m de profondeur, 8 maisons d'angle ou jumelées et petits immeubles de 2 étages, et une série de 8 maisons pour des occupants de meilleur niveau social sur la rue de la Côte Legris, disposant de jardins d'agrément antérieurs. Les maisons portent des dates échelonnées de 1886 à 1900. L'ancien Parc Mérendet est loti après 1950. L'accès à cet ensemble résidentiel est situé au 11 rue Thiercelin Parichault. Les maisons ouvrières simples, implantées sur parcelles étroites, ont été dotées d'extensions de salles d'eau au cours du 20e siècle. La Crèche Rachel : après la construction d'une crèche, le conseil municipal décide la construction d'une 2ème Crèche Rachel le 5 mars 1891. Implantée au 4 rue Thiercelin Parichault, elle est identique à une Crèche (Rachel n°1) qui avait été construite en 1885 au 79 rue des Jancelins, sur un terrain donné par les époux Mérendet-Oudart par l'architecte Alban Gaillandre, grâce aux dons de Monsieur Auban-Moët Romont. En échange, ce dernier impose de donner à cette fondation le nom de son épouse, Rachel. Une extension a été ajoutée à cette crèche en 1973.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

calcaire, pierre de taille, brique, brique et pierre, brique avec pierre en remplissage, brique et pierre à assises alternées

Matériau de la couverture

tuile mécanique, ardoise

Parti de plan

plan régulier en L

Vaisseau et étage

sous-sol, 1 étage carré

Parti d’élévation extérieure

élévation à travées

Type de la couverture

toit à longs pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Commentaire description

Les maisons en série de la rue Côte Legris sont groupées par 2, de façons que 2 portes d'entrée se retrouvent de chaque coté d'une même limite mitoyenne. Les façades de ces maisons se classent selon plusieurs types, selon la nature des remplissages entre les chaînages harpés de pierre de taille. Chronologiquement, de 1886 à 1900, on relève successivement les matériaux suivants : 1886 : remplissage en brique à tous les étages, 41-43 rue Thiercelin-Parichault ; 1891 à 1894 : remplissage de brique en assises alternées avec la pierre, avec frontons, 6 à 30, 55, 57 rue Thiercelin-Parichault, 14, 16, 27 à 31 rue de la Côte Legris ; 1895 : remplissage en enduit rocaillé au rez-de-chaussée, en brique bicolore aux 1er et 2e étages, avec frontons : 32 à 34 rue Thiercelin-Parichault, 39 rue de la Côte Legris ; 1896-1897 : remplissage en pierre de taille au rez-de-chaussée, en brique au 1er étage : 59, 61 rue Thiercelin-Parichault. - ? : Tout pierre de taille avec bossages en assises alternées, sans frontons, 3 à 9 et 13 à 37 rue Thiercelin-Parichault ; 1897 : remplissage en enduit rocaillé au rez-de-chaussée, en brique au 1er étage : 63 rue Thiercelin-Parichault ; 1897 : remplissage en meulière au rez-de-chaussée et au 1er étage, 36 à 42 rue Thiercelin Parichault ; 1897 : remplissage en meulière au rez-de-chaussée et au 1er étage avec fronton : 65-67 rue Thiercelin-Parichault ; sans fronton aux 36, 69 et 71 rue Thiercelin Parichault ; 1898 et 1900 : remplissage en meulière au rez-de-chaussée et au 1er étage, avec baies doubles, 46, 50 rue Thiercelin Parichault. Les maisons sont aujourd'hui dénaturées par le changement des menuiseries et les annexes ajoutées dans les jardins. Les maisons de cadres, rue Côte Legris, comprennent un mur de clôture, un portail et un jardin d'agrément postérieur et antérieur ; les maisons mitoyennes d'ouvriers, rue Thiercelin Parichault, ont un jardin d'agrément antérieur.

Technique du décor des immeubles par nature

ferronnerie

Précision sur la représentation

Balcon avec garde-corps en ferronnerie.

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

2003

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri, Caulliez Stéphanie, Laurent Philippe

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional de Champagne-Ardenne - Service chargé de l'inventaire 3, rue du Faubourg Saint-Antoine 51037 Châlons-en-Champagne - 03.26.70.36.81