Gare de chemin de fer d'Epernay

Désignation

Dénomination de l'édifice

Gare

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Gare de chemin de fer

Appelation d'usage

Gare de chemin de fer d'Epernay

Titre courant

Gare de chemin de fer d'Epernay

Localisation

Localisation

Grand Est ; Marne (51) ; Epernay ; square de Clevedon

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Champagne-Ardenne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Epernay centre

Adresse de l'édifice

Clevedon (square de)

Références cadastrales

2000 AH 783

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Remise ferroviaire ; poste d'aiguillage ; horloge publique ; halle

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1848 ; 1924

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Après plusieurs hypothèses de tracés de la voie ferrée de Paris à Strasbourg, celui passant par la Marne avec un embranchement sur Reims est adopté début juillet 1844. Une ordonnance royale de Louis-Philippe du 27 novembre 1845 approuve l'adjudication de la concession de la ligne Paris-Strasbourg. Elle favorise Epernay qui devient alors un carrefour ferroviaire. La réalisation des installations de chemin de fer en 1848 entraîne la suppression d'une île de la Marne, l'île Belon. Forte de sa nouvelle situation, la nouvelle gare entraîne la création d'un dépôt de machines, de rotondes et d'ateliers d'entretien et de réparations. La station, prévue initialement le long de la Marne, est construite grâce à une subvention à partir de 1848, près de la place de la Comédie (actuelle place Mendès-France) ainsi au plus près du centre de la ville. L'inauguration de la ligne Paris-Strasbourg a lieu le 2 septembre 1849 en présence du Prince-Président, Louis-Napoléon-Bonaparte. La même année, la station provisoire est établie pour les voyageurs, quant aux ateliers, ils sont construits peu après. A partir de 1850, la place de la Comédie est aménagée pour faciliter l'accès à l'embarcadère. L'inauguration complète de la ligne Paris-Strasbourg a lieu en juillet 1852. Le bâtiment a été dénaturé intérieurement au cours de la 2e moitié du 20e siècle et par quelques adjonctions.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan symétrique en L

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée ; 1 étage carré

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit en pavillon ; lanterneau ; verrière

Commentaire descriptif de l'édifice

La gare comporte une halle à marchandises dite Halle Walaum, servant à une société de transport, détruite dans le 4e quart du 20e siècle, et un quai couvert (détruit). La composition s'organise en symétrie autour du bâtiment central à 1 étage carré, avec des ailes en retour à rez-de-chaussée. Les façades sont rythmées par des chaînes à refends ; les baies sont cintrées au rez-de-chaussée.

Dimensions normalisées des édicules uniquement

L = 9500 ; la = 3300

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Cette gare témoigne des "embarcadères de chemin de fer" de la première génération.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public de l'Etat

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri ; Caulliez Stéphanie ; Laurent Philippe

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Champagne-Ardenne - Service chargé de l'inventaire 3, rue du Faubourg Saint-Antoine 51037 Châlons-en-Champagne - 03.26.70.36.81

1/4