Couvent de soeurs de la congrégation Notre-Dame dit couvent Sainte-Marie, puis filature, puis séminaire dit grand séminaire, puis commissariat de police, actuellement établissement administratif du département

Désignation

Dénomination de l'édifice

Couvent

Genre du destinataire

De soeurs de la congrégation de Notre-Dame

Appelation d'usage

Couvent Sainte-Marie

Destination actuelle de l'édifice

Couvent ; filature ; séminaire ; commissariat de police ; établissement administratif

Titre courant

Couvent de soeurs de la congrégation Notre-Dame dit couvent Sainte-Marie, puis filature, puis séminaire dit grand séminaire, puis commissariat de police, actuellement établissement administratif du département

Localisation

Localisation

Grand Est ; Marne (51) ; Châlons-sur-Marne ; 2bis rue de Jessaint

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Champagne-Ardenne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Châlons-en-Champagne centre

Adresse de l'édifice

Jessaint (rue de) 2bis

Références cadastrales

1826 G 257, 258, 1981 BE 294

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Bâtiment conventuel, église, cloître

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 17e siècle, 4e quart 17e siècle, 1er quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

Milieu 19e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1631, 1678, 1702, 1850, 1995

Commentaires concernant la datation

Datation par source, datation par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Lieu de conservation d'un élément architectural déplacé

Parties déplacées à : 51, Châlons-en-champagne, 13 rue Pasteur

Description historique

En 1615, une donation permit d'acquérir une maison rue Carnot où s'installèrent les religieuses de la congrégation. Le couvent fut construit entre 1631 et 1636 sur les plans d'un architecte de Pont-à-Mousson nommé Pacquotte. Les bâtiments situés au sud furent construits entre 1678 et 1685. Au nord, la chapelle fut édifiée entre 1702 et 1704 sur les plans de l'architecte Robert de Cotte. Par décret de 1792, la congrégation fut dissoute, les bâtiments eurent diverses destinations successives et temporaires. En 1807, une filature de coton y fut installée à l'initiative du préfet Bourgeois de Jessaint. Elle y demeura jusqu'en 1827. L'Etat se porta alors acquéreur des bâtiments et y installa le grand séminaire. La chapelle de Robert de Cotte, bien qu'en bon état, fut démontée en 1809. En 1850, l'aile parallèle au Mau, fut entièrement reconstruite, plus large, en conservant sa façade sur cour d'époque Louis XIII. En 1897, l'évêque décrivait le séminaire comme insalubre et délabré. L'aile nord et les bâtiments sur la rue Carnot menaçaient ruine. Le séminaire quitta définitivement le couvent en 1902. En 1903, les bâtiments sur la rue Carnot furent démolis et le terrain loti pour construire des maisons art nouveau. De 1942 à 1991, le bâtiment subsistant (aile ouest) abrita le commissariat de la ville. Acheté en 1966 par le conseil général, le couvent fut restauré en 1995. Il abrite actuellement des services du département.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, brique, appareil en damier

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Typologie de plan

Plan régulier en L ; plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

La façade sur cour est composée, au rez-de-chaussée, d'un appareil simple en calcaire dit pierre de Savonnières, l'étage carré est composé de lits alternés de briques et craie (appareil champenois). Les façades secondaires sont composées d'une alternance de briques et craie disposée en damier, autre variante de l'appareil ou appareillage champenois, et d'un motif de losanges de briques à l'étage carré de la façade arrière. La corniche est à modillons de craie, avec remplissage de briques. L'élévation est à 12 travées en façade et 2 sur la rue. Le comble est éclairé par trois lucarnes sur la cour et deux sur le petit côté. Le toit est à longs pans et croupe couvert en tuile plate. L'escalier, tournant à retour avec jours se trouve dans la partie nord de l'aile. La première volée est en maçonnerie, les trois autres sont en charpente. Les deux ailes, détruites au début du siècle, étaient édifiées de la même façon que celle subsistante. La chapelle était de plan allongé.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Cartouche ; pilastre ; pot ; ornement à forme architecturale ; colonne ; ordre corinthien ; pot à feu ; croix

Description de l'iconographie

Le rez-de-chaussée de la façade sur cour est rythmé par une série de pilastres cannelés à chapiteau corinthien. Les allèges des baies de l'étage sont décorées d'un cartouche. Un décor de moulures ovoïdes est placé entre chacune des baies de l'étage. Les lucarnes sont décorées d'un fronton en ailerons à volutes rentrantes surmonté d'une urne. Sur les façades secondaires, le décor est produit par l'alternance de briques rouges et de craie blanche. La façade de la chapelle se composait de trois travées. Les travées latérales étaient encadrées de deux colonnes à chapiteau corinthien. L'entablement était décoré d'une frise. Le fronton était éclairé d'un oculus surmonté d'une frise et d'une croix. Il était encadré de deux pots à feu.

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1943/02/04 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété du département

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bonnet Claire, Miguel Sandra

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Champagne-Ardenne - Service chargé de l'inventaire 3, rue du Faubourg Saint-Antoine 51037 Châlons-en-Champagne - 03.26.70.36.81