Rue de la Préfecture, puis rue Haute-Saint-Martin, actuelle partie sud de la rue Saint-Martin (n°26-31)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Rue

Appelation d'usage

Rue de la Préfecture ; rue Haute-Saint-Martin ; rue Saint-Martin

Titre courant

Rue de la Préfecture, puis rue Haute-Saint-Martin, actuelle partie sud de la rue Saint-Martin (n°26-31)

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Références cadastrales

1840 J 660 à 662, 1980 DH 180, 182, 183

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Immeuble

Nom de l'édifice

Ville

Références de l'édifice de conservation

IA49006892

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

11e siècle, 12e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1803, 1818, 1934

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Montault-Désilles Pierre (commanditaire), Gaultier Sébastien (commanditaire), Souply Jean-François (commanditaire)

Description historique

Prévu en 1802 en relation avec l'aménagement de la préfecture dans l'abbaye Saint-Aubin, le percement d'une voie entre la rue Saint-Aubin et le mail de la Préfecture ou place Michel-Debré (emplacement de l'église abbatiale) fait l'objet d'une transaction en 1803 entre le préfet de Maine-et-Loire, Pierre Montault-Désilles, et les deux personnes concernées par l'expropriation, Sébastien Gaultier et Jean-François Souply. Ces derniers sont en effet propriétaires de l'église paroissiale Saint-Michel-la-Palud, autrefois contiguë à l'abbaye et destinée à être rasée pour le passage de la nouvelle voie. Ils se voient contraints d'édifier des immeubles à élévations imposées par l'architecte du préfet, Michel Bouchet, pour ménager un accès monumental à la nouvelle préfecture (qui donne d'ailleurs son nom à la voie). En contrepartie, l'administration préfectorale participe financièrement tant à la démolition qu'à la reconstruction.

Les retours de façades, sur le mail de la Préfecture, remploient des portions d'élévation des 11e et 12e siècles de la nef abbatiale, retraitées en 1818 en style néo-classique par l'architecte départemental Louis François dit François Père, en contrepoint des pavillons d'entrée de la préfecture. Aucune information n'atteste de locaux commerciaux à l'origine sur la nouvelle voie. Une boutique d'herboristerie en mosaïque est réalisée en 1934 par l'architecte Ernest Bricard et le mosaïste Isidore Odorico à l'angle de l'immeuble de droite, 36 rue Saint-Aubin - 26 rue Saint-Martin.

Cette courte rue de la Préfecture étroitement liée à l'aménagement du mail éponyme, prend ensuite le nom de rue Haute-Saint-Martin, du fait de sa situation dans l'axe de la vieille rue Saint-Martin, à laquelle elle est aujourd'hui intégrée par la toponymie et l'usage.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuffeau, moyen appareil, bossage

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Appentis brisé, croupe, pignon couvert

Commentaire descriptif de l'édifice

Voie de 20 m x 8 m, entre la rue Saint-Aubin et le mail, bordée de deux immeubles identiques en vis-à-vis, dans l'axe de la grille d'entrée de la Préfecture. Les bâtiments ne présentent qu'une travée sur la rue Saint-Aubin, tandis que les façades principales sur la rue Saint-Martin sont à cinq travées discrètement axialisées par la porte d'entrée et le motif différent du balcon d'entresol ; les dernières élévations visibles sur le mail remploient des élévations intérieures de l'abbatiale disparue, retraitées à la manière classique, les colonnes engagées portant désormais un entablement dorique.

Les élévations en tuffeau appareillé des immeubles sont de faible hauteur pour élargir visuellement l'espace, depuis la rue Saint-Aubin, vers la cour d'honneur de la Préfecture (ancienne cour du cloître de l'abbaye) : rez-de-chaussée et l'unique étage carré sont vigoureusement encadrés de chaînes et plates-bandes à bossages ; ils sont surmontés d'un étage en surcroît aménagé dans un petit comble à appentis brisé et croupe.

Technique du décor des immeubles par nature

Fonderie

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique

Description de l'iconographie

Les balconnets en fonte sont, sur la rue Saint-Martin, à motif de deux grands cercles qui se rejoignent au centre dans une forme losangique, à l'exception de ceux surmontant chacune des portes d'entrée centrales, qui sont à arcs entrecroisés, sur la rue Saint-Aubin, les motifs sont à base de grands demi-cercles se recoupant.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Élévation ; boutique

Observations concernant la protection de l'édifice

Cette petite rue ordonnancée relève des premiers exemples d'aménagement concerté postrévolutionnaires. Sa création est intimement liée à la valorisation du monument de la préfecture, sorte d'allée d'entrée bordée d'ailes basses (les deux immeubles) débouchant sur l'avant-cour du mail, en contrepoint des pavillons encadrant la grille et cour d'honneur : séquences spatiales qui rappellent le dispositif aristocrate du château français, pour servir ici un lieu emblématique du nouveau pouvoir central en province. Rompant avec le gabarit des immeubles voisins sur la passante rue Saint-Aubin, l'architecture basse de cette voie concourt au dégagement du site de la préfecture, en retrait et masqué du fait de la réutilisation d'un établissement monastique auparavant fermé sur lui-même.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Rue de la Préfecture, puis rue Haute-Saint-Martin, actuelle partie sud de la rue Saint-Martin (n°26-31)
Rue de la Préfecture, puis rue Haute-Saint-Martin, actuelle partie sud de la rue Saint-Martin (n°26-31)
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image