Hôtel Crespin des Cloteaux

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Crespin des Cloteaux

Titre courant

Hôtel Crespin des Cloteaux

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 16 place du Tertre ; 2 rue de la Bouteille

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Nord

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Tertre (place du) 16 ; Bouteille (rue de la) 2

Références cadastrales

1840 G 431ter, 433bis, 434, 435, 438, 1980 AO 193, 195, 1999 AO 193, 195

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e moitié 18e siècle, 2e moitié 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Hôtel construit dans la 2e moitié du 16e siècle. Il appartient au 17e siècle à la famille Crespin des Cloteaux. Selon un censif de l'abbaye du Ronceray en 1715, il est détenu à titre privé par Pierre Dolbeau, prêtre chanoine et ancien curé de la paroisse de la Trinité. Dans le recensement des maisons et habitants d'Angers établi vers 1769, la demeure et son jardin appartiennent à Mlle [Andigné] de Maineuf (n° 3163 et 3164). Cette dame est peut-être la commanditaire des aménagements importants entrepris dans la 2e moitié du 18e siècle : modernisation de l'élévation antérieure avec le portail d'entrée, les fenêtres avec balcon et les lucarnes ; construction de deux petites extensions sur l'élévation postérieure, la première en appentis en prolongement du corps principal à gauche de l'escalier et la seconde le long de la cour postérieure. Intérieurement, le couloir est créé à ce moment et l'escalier repris de façon importante - liaison avec le couloir par un grand arc en anse-de-panier, seconde révolution en charpente et rampe à balustres. Dans la 2e moitié du 19e siècle, la seconde adjonction est prolongée jusqu'à l'extrémité de la parcelle, et surélevée ; la propriété est démembrée, le jardin devenant indépendant, et une nouvelle construction y est édifiée (n° 2, rue de la Bouteille). Lors d'une restauration assez radicale, dans le 3e quart du 20e siècle, la plupart des ouvertures ont perdu leur modénature.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, enduit, bois, pan de bois, essentage d'ardoise

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon, appentis, pignon découvert, pignon couvert, noue

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice constitué d'un corps de logis principal en front de rue, et d'une courte aile en retour sur la cour postérieure, à droite. Un jardin s'étend latéralement sur la gauche (relevant aujourd'hui d'une autre propriété). Le gros-oeuvre est entièrement en moellon de schiste enduit. L'édifice est à un étage carré et étage en surcroît, couvert de toits à longs pans reliés par des noues. La première extension postérieure gauche, à un étage carré, est couverte d'un appentis prolongeant le long pan postérieur du corps principal. Le petit corps secondaire le long de la cour postérieure est également à un étage carré sous un toit en appentis. L'escalier initialement hors-oeuvre est intégré en plan lors des extensions du 18e siècle ; mais en élévation, il conserve sa forme de tour quadrangulaire, couronnée d'une chambre haute en pan de bois essentée d'ardoise et couverte d'un toit en pavillon. Si sa première révolution présente toujours un mur-noyau en tuffeau, la seconde, modifiée, présente des volées en bois suspendues (que renforce un unique noyau) autour d'un vide central, avec rampe à balustres.

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie

Indexation iconographique normalisée

Volute

Description de l'iconographie

Deux fenêtres de la façade sur rue sont pourvues de petits balcons à motif de volutes.

Commentaires d'usage régional

Hôtel en forme de maison (type D).

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

Bonne illustration de l'hôtel en forme de maison, disposition hybride observable à la fin du Moyen Age et à la Renaissance : si l'absence de cour d'entrée l'assimile à une maison, la superficie du fonds (avec jardin) , le gabarit du corps de logis et l'importance de la tour d'escalier sont plus caractéristiques d'un hôtel particulier. La qualité des occupants confirme cette typologie.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources 1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel Crespin des Cloteaux
Hôtel Crespin des Cloteaux
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image