Hôtel Goussault du Chesne

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Goussault du Chesne

Titre courant

Hôtel Goussault du Chesne

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 10 à 14 rue Saint-Georges

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Saint-Georges (rue) 10 à 14

Références cadastrales

1840 H2 488 à 490, 1980 BS 169, 170, 1999 BS 169, 309

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, communs

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 16e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1554

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Goussault du Chesne Jean (commanditaire)

Description historique

Hôtel construit en 1554 par Jean Goussault du Chesne, licencié ès lois, qui sera également échevin de la ville : celui-ci déclare avoir fait bâtir le logis le 23 juillet de cette année-là, à la maison de ville. Une vente d'une maison voisine en 1610 mentionne en confront l'hôtel, toujours détenu par cette famille, plus précisément par Guillaume Goussault, conseiller du roi au Parlement de Paris. La demeure passe au milieu du 17e siècle à René Lefebvre, sieur de Chamboureau. Au moment du recensement des maisons et habitants d'Angers établi vers 1769, l'hôtel (n° 575) est aux mains de Jeanne Ribault de l'Ile, épouse de Raoul-René Petit de la Pichonnière. Les parties basses sur la cour d'entrée ont été altérées dans la 2e moitié du 19e siècle avec modification de l'entrée ; la couverture en pavillon de la tour d'escalier est refaite. L'hôtel est intégralement détruit vers 1970.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, tuffeau, moyen appareil, appareil mixte, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan régulier en L

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon, appentis, noue, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Hôtel entre cour (modeste) et jardin, constitué d'un grand corps de logis parallèle à la rue et d'une aile en retour d'équerre sur la rue. Entre deux se loge une tour d'escalier en vis, monumentale, dressant sa façade principale sur la rue. Un troisième corps de logis, secondaire, fait retour sur les arrières, bordant latéralement le jardin. Deux autres corps, en fond de jardin et sur l'impasse Fourmi, par laquelle la propriété a une deuxième issue, devaient être à usage de communs. Le gros-oeuvre est en moellon de schiste partiellement enduit, avec quelques parties en parement de tuffeau, élévation antérieure de la tour d'escalier et travée du grand corps de logis sur la cour d'entrée. Les parties principales sont constituées d'un rez-de-chaussée surélevé, d'un étage carré et d'un étage en surcroît. Les élévations sont à travées, avec une curieuse composition d'arcatures triples superposées sur la face antérieure de la tour d'escalier. Les couvertures sont à longs pans, reliées par des noues, avec pignons découverts ; le troisième corps, postérieur, est en appentis. La tour d'escalier est terminée par un toit en pavillon (refait).

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Pilastre

Description de l'iconographie

La travée sur la cour antérieure du grand corps de logis présentait des pilastres superposés.

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

État de conservation (normalisé)

Détruit

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

De taille moyenne, l'hôtel Goussault était représentatif d'une petite bourgeoisie détenant des charges publiques, sans égaler néanmoins les grandes familles de la noblesse de robe, qui construisaient au même moment des logis de conception plus moderne. La prestance de l'édifice était assurée par la monumentale tour d'escalier carrée, à chambre haute, où se concentrent les effets : la façade bien en vue développe une remarquable composition ornementale d'arcatures superposées et la vis - désormais archaïque en 1554 dans cette catégorie architecturale - était constituée d'un puissant noyau en pierre mouluré, formule qu'on ne trouve plus aujourd'hui qu'à la maison d'un riche commerçant, au n° 4, rue Saint-Aubin.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources 1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel Goussault du Chesne
Hôtel Goussault du Chesne
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image