ferme

Désignation

Dénomination

ferme

Titre courant

ferme

Localisation

Localisation

Pays de la Loire 49 Freigné

Aire d'étude

Candé

Lieu-dit

Saint-Charles

Référence cadastrale

1941 I1 357, 157

Milieu d'implantation

isolé

Parties non étud

cour, aire à battre, étable à vaches, étable à chevaux, porcherie, puits, charretterie, fenil, cellier

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 19e siècle

Datation en années

1878

Justification de la datation

daté par source

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Ferme construite pour M. de Bourmont en 1878, dépendant du domaine du château de Bourmont qui en comptait onze au total à la fin du 19e siècle. Le garage situé à l'extrémité est du logis a été construit au cours de la seconde moitié du 20e siècle.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

schiste, moellon, enduit

Matériau de la couverture

ardoise

Vaisseau et étage

comble à surcroît

Type de la couverture

toit à longs pans, pignon couvert

Commentaire description

Ferme composée de deux bâtiments disposés au nord et à l'ouest d'une cour. La cour est séparée d'une aire à battre par une palissade de dalles d'ardoise (palis). Au sud-est de l'aire, se trouve un abreuvoir creusé dans le schiste. Toutes des ouvertures des deux bâtiments comportent des encadrements en briques mécaniques. Le logis a été légèrement modifié au 20e siècle (transformation de fenêtre en porte, suppression de cheminées) , mais le plan en est aisément reconstituable grâce aux renseignements oraux du fermier. Le cellier est à l'extrémité est du logis ; à l'autre extrémité se trouve l'ancienne panserie aux porcs, contre laquelle s'appuyent trois porcheries. Le bâtiment ouest comprend des étables au nord, et une grand charretterie au sud. Les étables à vaches sont séparées en deux par un espace à double usage ; il forme un passage permettant d'atteindre l'étable à chevaux et d'autres étables à vaches situées dans l'appentis postérieur, mais il forme également la "panserie" de toutes ses étables puisque s'y ouvre l'abat-foin. En effet, le foin nécessaire à l'alimentation quotidienne hivernale des bestiaux, entreposé dans le comble à usage de fenil couvrant le bâtiment, était jeté dans la panserie par l'abat-foin, puis était distribué dans les étables. Les porcheries conservent leurs volets en bois et leurs auges en schiste qui permettaient d'alimenter les porcs sans avoir à entrer dans la porcherie. Au nord du bâtiment des étables, se trouve une porcherie à deux stalles séparées par des palis d'ardoise. Ses portes conservent des vantaux montés sur bourdonneaux.

Typologie

ferme à bâtiments disposés en équerre

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1999

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Cussonneau Christian

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel