Hôtel Demarie, puis Giraud, puis Valentin, actuellement muséum d'histoire naturelle

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Demarie ; Hôtel Giraud ; Hôtel Valentin

Destination actuelle de l'édifice

Musée

Titre courant

Hôtel Demarie, puis Giraud, puis Valentin, actuellement muséum d'histoire naturelle

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 39 à 49 rue Jules-Guitton

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Jules-Guitton (rue) 39 à 49

Références cadastrales

1840 H1 269, 279 à 287, 1980 BR 159 à 165, 1999 BR

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, logement, boutique, communs

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 18e siècle 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1800, 1820

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Giraud Pierre (commanditaire), Fairé Alexandre (commanditaire)

Description historique

Edifice construit peu avant 1800 par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-François Demarie pour lui-même (d'après source). Cet hôtel est élevé sur une butte, à l'emplacement de l'église paroissiale Saint-Michel-du-Tertre et de son cimetière : des vestiges du chevet y sont alors remployés, visibles sur le plan initial, encore repérables sur le plan cadastral de 1840, disparaissant vers le milieu du siècle selon un nouveau plan partiel de l'hôtel. La cuisine voûtée aux murs plus épais correspond à l'ancienne sacristie (salle Amazonie du musée). La demeure est vendue dès 1810 à Pierre Giraud, manufacturier de toiles à voiles, alors que les aménagements intérieurs restaient inachevés : c'est pour lui que sont bâties vers 1820, sur le boulevard Carnot, de nouvelles remise et écuries par l'architecte Louis François dit François père (d'après source). Le décor intérieur, principalement celui du salon (décor stuqué étudié) et de la salle à manger, date du 3e quart du 19e siècle : il est redevable à l'avocat et homme politique (adjoint municipal, député) Alexandre Fairé, qui y habite des années 1860 jusqu'à sa mort en 1908. Le portail sur rue est refait également dans le même temps. L'édifice prend le nom de la famille Valentin vers 1938 qui l'occupe durant 20 ans. Il est remanié dans le courant du 20e siècle : les façades en tuffeau sont en partie enduites, les niches placées entre les baies sur les ailes du jardin sont murées, plusieurs lucarnes sur rue sont supprimées, la cour intérieure circulaire est couverte par une verrière, les communs sont détruits. L'hôtel est acquis en 1958 par la ville d'Angers qui y installe ses collections zoologiques en 1967. L'édifice fait l'objet d'une rénovation en 1989.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuffeau, moyen appareil, schiste, moellon, enduit, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise, verre en couverture

Typologie de plan

Plan centré ; plan régulier en U

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, en rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre, fausse coupole

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit polygonal, appentis, pignon couvert, croupe, noue, verrière

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice particulièrement complexe jouant avec la déclivité du terrain et combinant des programmes opposés, maison de rapport avec commerces sur la rue prolongé au revers d'un hôtel sur jardin, sur la partie haute du site, contre l'ancien rempart de ville. Sur rue, l'édifice présente un long corps de bâtiment à sept travées, avec rez-de-chaussée conçu comme un étage de soubassement occupé par des boutiques, niveau entresolé, un étage carré et comble à surcroît. Les deux travées de droite sont à deux étages carrés sans lucarnes. Le gros-oeuvre est principalement en schiste. La couverture est à longs pans et croupes. L'hôtel proprement dit est séparé du bâtiment sur rue par de petites cours. Deux escaliers intérieurs successifs mènent de la rue à l'hôtel, qui pour l'essentiel est en rez-de-chaussée surélevé largement ouvert sur le jardin postérieur, reposant en partie sur un niveau de soubassement. Entre les deux escaliers en pierre, le premier constitué de deux volées droites, le second en arc-de-cercle, se trouve une cour circulaire intérieure (cour d'entrée de l'hôtel) , où donnent les principales pièces de l'hôtel par l'intermédiaire d'un balcon continu, notamment le salon et la salle à manger de forme octogonale. Le plan est ordonnancé à la fois autour de cette cour et sur le jardin où deux ailes latérales mènent à des chambres et cabinets. La grande élévation en U sur jardin comprend un grand péristyle central à colonnes doriques et fronton triangulaire à la manière d'un temple, et deux péristyles plus modestes en vis-à-vis, aux extrémités des ailes latérales (dont une est une galerie). Le gros-oeuvre mêle schiste et tuffeau. Les couvertures sont à toits polygonaux (salon et salle à manger) , toits à longs pans et en appentis, reliés par de nombreuses noues. Une verrière moderne couvre la cour circulaire. Les salons et salle à manger sont couverts de fausses coupoles, la cuisine d'une voûte en berceau plein-cintre en tuffeau relevant de l'ancienne sacristie Saint-Michel.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, décor stuqué, décor stuqué (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Coquille, ornement à forme végétale ; ordre dorique, colonne, pilastre, fronton ; cartouche, vase, chute, fruit, billette, ove, feuillage

Description de l'iconographie

Le vantail du portail sur rue est orné de deux motifs d'agraphe et de coquille entre des feuillages. Les élévations sur jardin sont scandées par trois péristyles à colonnes doriques portant des frontons triangulaires. La galerie dans l'aile gauche est fermée aux extrémités par des ouvertures en serlienne à pilastres et colonnes également doriques. La fausse coupole de la salle à manger présente une corniche à billettes et oves, rythmée à chaque angle de l'octogone d'un cartouche surmonté d'un vase avec chutes de fruits. £ . Support : parquet, plafond.

Commentaires d'usage régional

Hôtel atypique.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1995/08/28 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

En totalité (cad. 1980 BR 159) : inscription par arrêté du 28 août 1995.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Cour ; élévation ; galerie fermée ; salon ; salle à manger ; cheminée

Observations concernant la protection de l'édifice

Hôtel sans équivalent à Angers par son implantation sur un site escarpé (la butte du Tertre Saint-Michel) qui a inspiré à son propriétaire-architecte, un ingénieur des Ponts et Chaussées, une conception remarquable d'esprit palladien. La gradation des niveaux entre la rue et le jardin, l'imbrication très géométrisée des espaces bâtis et non bâtis, le jeu des lignes courbes et droites entre ces différentes séquences, les élévations antiquisantes au rythme affirmé, font de cet édifice une démonstration brillante de la composition architecturale à la fin du Siècle des Lumières.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1975

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel Demarie, puis Giraud, puis Valentin, actuellement muséum d'histoire naturelle
Hôtel Demarie, puis Giraud, puis Valentin, actuellement muséum d'histoire naturelle
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image