Hôtel dit du Fournil de l'évêque

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Le Fournil de l'évêque

Titre courant

Hôtel dit du Fournil de l'évêque

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 4 impasse Fourmi

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Fourmi (impasse) 4

Références cadastrales

1840 H2 499, 500, 502, 1970 BS 180, 1999 BS 180

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 16e siècle, 1er quart 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

13e siècle, 15e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Une partie du sous-sol date du 13e siècle, remploi probablement d'un édifice attesté en 1271 comme étant le fournil de l'évêque, qui par déformation a donné le nom moderne de l'impasse. L'appellation de l'hôtel est toute récente, en raison des vestiges découverts et des sources historiques. L'hôtel actuel remploie aussi en élévation, sur l'impasse Fourmi, des vestiges du 15e siècle. Il est rebâti dans la 2e moitié du 16e siècle. Un logis isolé est ajouté en bordure sud-ouest de la cour dans le 1er quart du 18e siècle, avec cheminées d'origine. L'hôtel est remanié en plusieurs unités locatives dans la 1ère moitié du 19e siècle par des cloisonnements intérieurs, le rajout d'un escalier dans-oeuvre en vis en bois (vis ancienne moulurée récupérée) , la réfection de cheminées dont une portant décor, la construction de deux étages carrés sur le corps nord-ouest, à l'origine un corps annexe sinon de communs. Le fonds est par ailleurs réduit et l'hôtel perd son accès principal sur la rue Saint-Laud. Une rénovation radicale est intervenue dans les années 1990 : la maison dans la cour est détruite et un ravalement drastique a fait disparaître les modénatures des élévations de l'hôtel ; la distribution intérieure est refaite avec suppression notamment de la vis en bois installée au 19e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, enduit partiel, tuffeau, pierre de taille, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Voûte en berceau

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, pignon découvert, appentis, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice composé de trois corps de logis, dont deux principaux (A et B) disposés en équerre sur la cour, et le troisième traversé d'un passage d'entrée sur l'impasse (C). Les deux ailes principales présentent un étage carré et étage de comble à surcroît, à l'exception du long pan sur l'impasse Fourmi du corps A, sans surcroît ; leurs élévations, à travées, sont en tuffeau sur la cour et en schiste enduit sur l'impasse Fourmi ; leurs couvertures sont à longs pans, mais la partie sur cour du corps A est en appentis ; le corps B présente des pignons découverts. A l'extrémité du corps B, L'escalier en vis demi-hors-oeuvre, en pierre, est coiffé d'un toit en pavillon ; placé à la jonction avec le corps d'entrée, il en desservait peut-être aussi le 2e niveau. Ce corps d'entrée (C) a été surélevé au 19e siècle de deux étages carrés, sans étage de comble. Le logis isolé du 18e, de plan allongé, présentait un étage carré et un étage de comble à surcroît sous appentis, avec élévation antérieure en schiste et tuffeau. Son escalier était dans-oeuvre, à deux noyaux et balustres de bois.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Pilastre, vase, feuillage, fruit, palmette, tête : femme

Description de l'iconographie

Une cheminée porte sur sa hotte flanquée de deux pilastres un motif central avec vase chargé de feuillages et de fruits, des épis, palmettes, masque à tête de femme complètent le décor.

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

L'intérêt du site tient d'abord aux vestiges médiévaux en sous-sol et au caractère historique de cette impasse. L'hôtel qui s'y est développé constitue de plus un cas peu fréquent d'implantation en cœur d'îlot, en arrière d'un front de maisons (remplacées au 19e siècle par un immeuble de rapport) d'une grande rue commerçante. La situation discrète est en adéquation avec l'apparence modeste de l'hôtel, très éloignée des grands hôtels contemporains de la Seconde Renaissance, construits essentiellement par la noblesse de robe.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1985

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

1/2
Hôtel dit du Fournil de l'évêque
Hôtel dit du Fournil de l'évêque
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image