Hôtel Laigre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Laigre

Titre courant

Hôtel Laigre

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 41 boulevard Descazeaux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Nord

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Descazeaux (boulevard) 41

Références cadastrales

1980 HI 13

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, écurie, sellerie, garage, logement, serre

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1864, 1880

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Laigre Jean (commanditaire), Laigre Eugène (commanditaire)

Description historique

Hôtel construit en 1864 par l'architecte Ernest Dainville pour Jean Laigre, négociant en draps et étoffes (d'après source) , dont le monogramme est répété deux fois : L sur un cuir découpé qui surmontait la cheminée disparue du bureau, L et P entrelacés dans le motif en fonte de la porte du vestibule. Les plates-bandes des baies sont à décor de guirlandes de roses. Le salon a conservé son aménagement d'origine avec ses lambris à décor de cartouches et de feuillage et la cheminée avec glace couronnée d'un trophée. Les communs projetés dans les plans de 1862 ont été réalisés ultérieurement, en 1880, pour son fils Eugène, négociant également en draps et étoffes, dans un style rustique, très éloigné du style éclectique initialement prévu. Ils sont peut-être de l'architecte Félix Ruault, dont on sait qu'il intervient en 1886 pour des travaux d'enduit sur le mur de clôture.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuffeau, moyen appareil, bossage, schiste, moellon, appareil mixte, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise, verre en couverture, zinc en couverture

Typologie de plan

Plan régulier en L

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, en rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît, étage en surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées, élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit brisé en pavillon, terrasse, verrière, toit à longs pans, pignon couvert, appentis, noue

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu

Commentaire descriptif de l'édifice

Hôtel constitué d'un seul corps de logis de plan massé, à double orientation, entrée sur rue et cour et jardin latéraux. L'édifice est à rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et comble brisé à surcroît (la partie centrale de la couverture est en terrasse). Les élévations à travées sont en parement de tuffeau sur un gros-oeuvre en schiste. L'escalier est dans-oeuvre, en coeur de la demeure, accessible par un vestibule ; il est à jour suspendu, limon bois et rampe de fonte. Les communs, qui comprenaient écurie, remise, sellerie, logement de domestiques, dessinent un plan régulier en équerre au fond de la cour d'entrée, avec un angle à pan coupé faisant axe de symétrie. Les élévations sont en schiste enduit, à rez-de-chaussée et étage en surcroît ; les couvertures sont à longs pans.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, fonderie, vitrail

Indexation iconographique normalisée

Cartouche, guirlande, rose, ruban ; cuir découpé, monogramme, chute ; feuillage, trophée, vase ; volute ; monogramme ; ornement à forme géométrique

Description de l'iconographie

Les clés des ouvertures sont ponctuées de cartouches cantonnés de guirlandes de roses et de rubans. De la cheminée, disparue, du bureau subsiste un bas-relief représentant un cuir découpé et chutes de fruits avec le monogramme L du maître d'ouvrage. Les murs du grand salon sont garnis de panneaux à encadrements avec cartouches et motifs feuillagés, la glace de la cheminée est surmontée d'un trophée entre deux vases. Les garde-corps des fenêtres sont à motif de volutes. Le châssis de tympan de la porte d'entrée présente un médaillon de fonte avec monogramme LP entrelacés. La cloison vitrée entre vestibule et escalier est à simples motifs géométriques quadrangulaires.

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

Protection et label

Eléments remarquables dans l'édifice

Communs ; pièce

Observations concernant la protection de l'édifice

Exemple caractéristique du petit hôtel du 19e siècle, époque où les différences typologiques entre catégories architecturales ont tendance à s'estomper. Cet édifice s'apparente à une maison bourgeoise, par son vestibule directement accessible depuis la voie publique ; mais la présence d'une cour de communs associée à un jardin sur lequel s'ouvrent les belles pièces, range l'édifice indéniablement dans la catégorie supérieure. Le projet initial, plus traditionnel, est à cet égard significatif : l'entrée s'effectuait uniquement par la cour-jardin, selon la formule ancienne d'accueil par un espace libre. A signaler l'importance et la qualité des communs, rarement préservés en ville.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

1990

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel Laigre
Hôtel Laigre
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image