Hôtel dit maison de Bardoul

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Maison de Bardoul

Titre courant

Hôtel dit maison de Bardoul

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 32 rue David-d'Angers

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

David-d'Angers (rue) 32

Références cadastrales

1840 H2 752, 1980 BV 149, 1999 BV 149

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, puits, communs

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 18e siècle, 4e quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1ère moitié 19e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

Le corps sur rue et l'aile gauche sont bâtis dans le milieu du 18e siècle : l'escalier, les balcons sur rue, quelques vantaux de porte sont de cette époque. L'édifice est agrandi d'un corps de logis en fond de cour dans le 4e quart du 18e siècle par l'architecte angevin Michel Bardoul de la Bigottière, pour lui-même (d'après travaux historiques) : cette extension s'accompagne d'un remaniement de l'aile gauche dont le surcroît est remplacé par un étage d'attique, en continuité avec la nouvelle construction. Le portail du mur de clôture, à décor de bucranes et trophées de guerre, celui du logis couronné de palmes et de rinceaux appartiennent à cette campagne : le décor sculpté du portail sur rue est attribué à Pierre-Louis David dit David père (d'après travaux historiques). Le remaniement du salon et de la salle à manger avec création d'un vestibule entre deux, ainsi que les cheminées d'étage, datent de la 1ère moitié du 19e siècle. Au milieu du 20e siècle interviennent la destruction des communs et la modification de l'escalier, avec évidement du mur de cage.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, enduit, tuffeau, moyen appareil, appareil mixte, bossage

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan régulier

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 2 étages carrés, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis, pignon couvert, croupe, noue

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Hôtel à trois corps de logis en U autour d'une cour antérieure, l'une des ailes et le portail monumental en front de rue. Le gros-oeuvre est en schiste enduit, à l'exception du mur-pignon droit du corps principal qui est mixte, schiste et tuffeau. Les élévations à travées sont à un étage carré et comble à surcroît pour le corps sur rue, à un étage carré et étage-attique pour les deux autres corps. Les couvertures sont à longs pans et à appentis (pour le corps médian) , à pignons côté mitoyen, et à croupes. L'escalier est dans-oeuvre, à la jonction de deux corps, à mur-noyau.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, décor stuqué, ferronnerie, menuiserie

Indexation iconographique normalisée

Carquois, bouclier, sabre, casque, bucrane, ove ; guirlande, feuillage, rosace ; pilastre, palme, rinceau, acanthe ; arabesque, volute ; étoile

Description de l'iconographie

Le portail sur rue présente un fin décor sculpté : une frise de triglyphes et de métopes ornée de carquois, boucliers, sabres, casques et bucranes, constitue le décor de l'entablement, une frise d'oves orne le chambranle du portail dont les vantaux sont ornés de guirlandes végétales, rosaces et motifs géométriques. Un fin et riche décor sculpté orne la porte d'entrée de la principale élévation sur cour : les chapiteaux doriques des pilastres sont garnis d'une frise d'oves de même que l'arc en plein-cintre de la porte, les écoinçons sont ornés de palmes et l'entablement de rinceaux. Des clés à acanthes ponctuent cette porte ainsi que les cinq fenêtres du premier étage de cette aile principale. Les balcons en ferronnerie sont ornés d'arabesques et de volutes. Un motif en étoile inséré dans un cercle ornait le parquet de la grande chambre du premier étage (déposé).

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Portail ; élévation

Observations concernant la protection de l'édifice

Cet hôtel édifié en deux phases rapprochées occupe une place à part en raison de son second maître d'oeuvre : seul hôtel à Angers sous l'Ancien Régime, construit par un architecte pour lui-même, Michel Bardoul de la Bigottière, par ailleurs le seul architecte de renom localement pour l'architecture classique, auquel on peut attribuer un corpus homogène. Au-delà de la qualité de l'édifice, une des belles et rares manifestations du néo-classicisme angevin (l'une des deux seules apparitions de l'étage-attique au 18e siècle) , c'est donc également une représentation de la profession d'architecte qui est fournie par cette élégante demeure.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1982

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel, dit maison de Bardoul
Hôtel, dit maison de Bardoul
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image