Hôtel Boylesve de la Morousière, puis Darlus de Montclerc

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Boylesve de la Morousière ; Hôtel Darlus de Montclerc

Titre courant

Hôtel Boylesve de la Morousière, puis Darlus de Montclerc

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 9, 11 rue du Cornet ; rue Basse-de-la-Chartre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Cornet (rue du) 9, 11 ; Basse-de-la-Chartre (rue)

Références cadastrales

1840 H1 118, 121, 124, 1970 BR 264, 276, 279 à 281, 423, 1980 BR 499, 502, 507

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, communs, remise, écurie

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 16e siècle, 2e moitié 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1760, 1829

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Boislève de la Morousière Marin (commanditaire)

Description historique

L'hôtel comprend deux logis mitoyens, de la 2e moitié du 16e siècle, qui semblent indépendants originellement. Leur restructuration est probablement due à Marin Boylesve de la Morousière, qui acquiert l'édifice en 1580 de la famille Lepaige de la Paigerie. L'entrée s'effectue initialement par la rue du Commerce vers laquelle sont orientés, sur une cour antérieure, la tour d'escalier et son porche. Le logis adressé 9 rue du Cornet conserve au rez-de-chaussée des peintures murales du 16e siècle (peinture étudiée). En 1747, ce logis est vendu à la famille Darlus de Montclerc : il est alors surélevé d'un étage et s'agrandit d'un autre logis sur la rue du Cornet, placé en symétrie sur une seconde cour d'entrée, ainsi que de communs sur une cour postérieure. Dans la 2e moitié du 18e siècle, le logis des Boylesve est également très remanié : élévations sur cour et sur jardin, réaménagements intérieurs dont subsistent une pièce lambrissée au rez-de-chaussée et plusieurs cheminées : l'une porte la date 1760. A cette même époque, l'hôtel Boylesve s'agrandit au nord-est sur la cour d'une aile (communs ou logis secondaire) en pendant des vieux communs (au nord-ouest). Dans la 1ère moitié du 19e siècle, l'accès principal à l'hôtel Boylesve se fait par le jardin, rue Basse-de-la-Chartre, où sont construites de nouvelles écurie et remise en 1829 par François Villers (d'après source). Durant la 2e moitié du 19e siècle, nombreuses modifications distributives dans l'hôtel Darlus, avec rajout d'escaliers en bois. Dans le 3e quart du 20e siècle, l'hôtel Boylesve perd la partie nord de son logis, emportée par des ateliers. Les deux hôtels sont détruits en 1981.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, enduit, tuffeau, moyen appareil, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, en rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées, élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à longs pans brisés, croupe, noue, toit en pavillon, dôme carré, appentis, pignon découvert, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, suspendu, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

Hôtel complexe, très remanié et altéré, à nombreux corps de bâtiments agrégés les uns aux autres au cours des siècles, avec réunion de deux hôtels s'ouvrant sur trois rues. Trois cours et un jardin structurent l'ensemble. L'hôtel principal dit de Boylesve est entre cour et jardin, entre la rue du Commerce et la rue Basse-de-la-Chartre. Le second, Darlus de Montclerc, s'ouvre sur la rue du Cornet. La plupart des corps de bâtiment sont à un étage carré et comble à surcroît ; un corps est en rez-de-chaussée surélevé (corps annexe de l'hôtel Boylesve) , un autre est à deux étages carrés suite à une surélévation (corps principal de l'hôtel Darlus). Les parties les plus anciennes sont à longs pans, initialement à pignons découverts, les parties construites ou surélevées au 18e siècle sont à comble brisé. L'essentiel des constructions sont en schiste ; sont en moyen appareil de tuffeau : les cabinets postérieurs dont l'un sur trompe, le corps en rez-de-chaussée surélevé et l'escalier en vis hors-œuvre de l'hôtel Boylesve, ainsi que les bâtiments sur la cour secondaire de l'hôtel Darlus de Montclerc. Les élévations sont à travées, celle sur jardin de l'hôtel Boylesve était avant dénaturation à élévation ordonnancée.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, menuiserie, peinture murale (étudiée dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ordre dorique, colonne, pilastre, cuir découpé, palmette ; volute, coquille, feuillage

Description de l'iconographie

Une colonne et un pilastre doriques supportent le dôme d'un porche d'entrée dont l'entablement est décoré de tables ponctuées à leurs extrémités d'un cuir découpé et de palmettes. Une pièce probablement à usage de salon est revêtue de lambris de hauteur aux moulurations chantournées ornés de coquilles et feuillage.

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

État de conservation (normalisé)

Détruit

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Porche ; trompe ; pièce

Observations concernant la protection de l'édifice

Ce dossier illustre un cas complexe de remembrement, puis démembrement de deux hôtels, chacun fortement remanié. A défaut d'une architecture homogène, l'ensemble présentait des éléments épars remarquables, un perron à dôme de pierre porté par une colonne d'angle dorique d'époque Renaissance, des restes de peintures murales maniéristes, une élévation ordonnancée sur jardin du milieu du 18e siècle avec des pavillons d'angle en symétrie dont un sur trompe, des lambris de hauteur également Louis XV.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1975

Date de rédaction de la notice

1989

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel Boylesve de la Morousière, puis Darlus de Montclerc
Hôtel Boylesve de la Morousière, puis Darlus de Montclerc
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP ; © Conseil général du Maine-et-Loire
Voir la notice image