Moulin, minoterie, centrale électrique, musée de Gajac

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin, minoterie

Destination actuelle de l'édifice

Musée

Titre courant

Moulin, minoterie, centrale électrique, musée de Gajac

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Villeneuve-sur-Lot ; 2 rue des Jardins

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Villeneuve-sur-Lot

Canton

Villeneuve-sur-Lot nord

Lieu-dit

Gajac

Adresse de l'édifice

Jardins (rue des) 2

Références cadastrales

1812 F2 392, 1846 G2 643, 1991 EW 600, 602

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Lot (le)

Partie constituante non étudiée

Entrepôt commercial, scierie, usine de boulangerie, filature, centrale électrique, écurie, logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 12e siècle, 3e quart 18e siècle, 2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1855, 1878

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Un barrage de pièces de bois et de rochers accompagné d'un moulin est bâti sur le Lot par l'abbé d'Eysses vers 1185, selon J. Serret. Des travaux sont effectués au 13e siècle (1229, 1240). En 1253, l'abbaye se réserve les droits sur le moulin lors de la fondation de la bastide de Villeneuve. Le moulin est réparé en 1381. Il est restauré après les guerres de Religion par l'abbé Bertrand de Laborie (1594-1639). Un bail amphytéotique est concédé aux frères Bercegol, négociants à Villeneuve et Bordeaux, en 1732 ; le moulin leur est vendu en 1765 : ils l'agrandissent, ajoutent 3 paires de meules et remplacent les " rouets volants " par des rouets à cuves. En 1809, le moulin passe à la famille de Lapeyrière, de Ferrassou ; Léopold Lapeyrière fait construire un grand bâtiment en 1855 (matrices cadastrales) : il s'agit sans doute du bâtiment parallèle au Lot à façade néo-classique. Repris par Jean Plagnes, le moulin est mis en faillite et vendu aux enchères publiques. Jean Osmin Jaubert, négociant à Bordeaux, l'acquiert en 1870 ; profitant du nouveau barrage (1871) , il édifie un complexe industriel en 1877-1878 (matrices cadastrales) : construction d'un bâtiment de 5 étages (aile sur le Lot) , achat de 2 turbines (45 et 25 chevaux, système Fontaine, de Chartres) complétées de 5 rouets faisant tourner 6 paires de meules ; 4 usines sont annexées au moulin qui fonctionne comme générateur d'énergie : 4 fours système Mousseau pour une boulangerie fournissant en particulier l'armée, une scierie, une filature avec Mull Jenny, une souffleuse de préparation de poils de lapins (feutre pour la chapellerie) , un atelier de peignes de corne. Le minot en barils de Gajac est expédié vers les colonies, les Messageries maritimes et la biscuiterie Garnot à Bordeaux. En 1896, la Société d'électricité Renoux rachète la minoterie et la transforme en centrale électrique fonctionnant à l'énergie hydraulique et avec machines à vapeur ; elle fournit les usines du secteur et passe un marché avec la ville en 1908 pour l'éclairage public. En 1946, la centrale devient le siège de la subdélégation d'Electricité de France. La production cesse en 1969, après la construction du barrage de Virebeau. Les usines annexes et magasins sont démolis. Acquis par la ville en 1981. Réfection de la toiture en 1989. La partie sud le long du Lot est démolie et un nouveau bâtiment construit pour le musée ouvert en 2001.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique et pierre, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe brisée

Commentaire descriptif de l'édifice

Bâtiment parallèle au Lot à chambranles moulurés et pignon en fronton dans la style des édifices néo-classiques du milieu du 19e siècle à Villeneuve-sur-Lot. Bâtiment sur le Lot à 5 niveaux. Le chemin passe sous un arc.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Mousset Hélène

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37