Maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Titre courant

Maison

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Gourdon ; 11 rue du Corps-Franc-Pommiès

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Gourdon

Adresse de l'édifice

Corps-Franc-Pommiès (rue du) 11

Références cadastrales

2009 AH 202

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

15e siècle (?)

Siècle de campagne secondaire de consctruction

17e siècle (?)

Description historique

La façade principale et les aménagements intérieurs observés aux deux niveaux du corps principal sur rue permettent d'identifier un ensemble homogène pouvant dater du 15e siècle. Cependant, plusieurs traces de reprise ont été observées sur les parements intérieurs, en particulier à l'étage où le mur ouest, formé de gros moellons équarris, semble prendre appui contre une maçonnerie de moellons plus réduits qui conserve les vestiges fragmentaires d'un jour à ébrasement interne. Intégré dans le mur nord du corps antérieur, cet appareil à assises relativement régulières pourrait se rattacher à un état antérieur. Par ailleurs, le mur mitoyen ouest a été repris dans l'angle sud-est, peut-être en lien avec la construction (ou reconstruction) de la façade. Ces différents indices soulèvent ainsi l'hypothèse de l'existence de bâtiments voisins antérieurs mais également d'un premier état médiéval de l'édifice.
Les cheminées qui équipent le corps arrière laissent supposer que la maison a été étendue vers le nord à la période moderne, peut-être au cours du 17e siècle. Une reprise du parement intérieur de la façade postérieure témoigne par ailleurs du percement ou du remaniement des fenêtres au 18e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, bois, pan de bois

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

La parcelle bâtie actuelle est occupée par deux corps de bâtiment juxtaposés en profondeur et ouvrant, au nord, sur une petite cour. Malgré plusieurs remaniements successifs, le corps antérieur sur la rue du Corps-Franc-Pommiès conserve une grande partie de sa structure ancienne en moellons calcaires équarris et à pan de bois en façade. Des différences dans la taille des éléments et dans leur mise en oeuvre (régularité des assises) permettent d'établir une distinction entre les murs mitoyens et les deux façades antérieure et postérieure, sans qu'il soit aisé, en l'état actuel de l'étude, d'en comprendre la chronologie relative.
Le rez-de-chaussée actuel est aménagé au dessus d'un vide-sanitaire qui a été recreusé dans le sol initial, laissant apparaître la base des maçonneries et une partie du dallage d'origine. Largement remanié en façade, il ouvrait sur la rue par une porte (murée) couverte d'un linteau en accolade surmonté d'un jour chanfreiné, et une grande arcade de boutique, probablement segmentaire et non extradossée, en partie détruite par la création d'une fenêtre moderne. Le pan de bois de l'étage est à deux niveaux de petits panneaux à croix de Saint-André, entre lesquels prennent place deux croisées dont l'encadrement est animé d'une gorge. A droite est bien visible la tête de mur appareillée du mur latéral est. Le mur nord du corps antérieur conserve un piédroit ou une chaîne d'angle en pierre de taille qui devait délimiter une ancienne ouverture ou un passage aménagé sur la partie ouest du rez-de-chaussée.
L'étage est occupé par une seule pièce d'habitation. Celle-ci est équipée d'une cheminée ornée d'un écu, à piédroits en pierre de taille chanfreinés et à linteau de bois mouluré, de niches d'éclairage à linteau en accolade et d'un placard muni d'une étagère en bois. On y accède par une porte à linteau chanfreinée, percée dans le mur nord (actuel mur de refend transversal) et ouvrant aujourd'hui sur le corps postérieur. Les vestiges d'un jour à ébrasement interne et appui taluté sont également visibles au sein de la maçonnerie ancienne séparant les deux corps de bâtiment que l'ont peut ainsi identifier comme la façade postérieure d'origine. Contre le mur sud, une paroi en clayonnage et torchis permet d'isoler le pan de bois.
Le corps postérieur s'élève également sur deux étages qui ont fait l'objet de remaniement importants. Cependant, deux cheminées à manteau droit élancées sont conservées au rez-de-chaussée et à l'étage, contre le mur mitoyen est.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2009 ; 2013

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice, Cassan Elodie

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale), dossier ponctuel

Typologie du dossier

Dossier individuel

maison
maison
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image