Château dit "commanderie"

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château dit "commanderie"

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Le Montat

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cahors Sud

Références cadastrales

1812 F2 342, 2006 AT1 76, 73

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 12e siècle (?), 1er quart 13e siècle (?)

Siècle de campagne secondaire de consctruction

15e siècle, 17e siècle

Description historique

L'édifice est traditionnellement attribué à une hypothétique commanderie des templiers. De fait, son implantation suggère un lien étroit avec l'église qui reste à expliquer. L'église, en même temps que la seigneurie, aurait fait l'objet dès le 10e siècle d'une donation au chapitre de Cahors par un certain Arcambald. Cette donation fut confirmée en 1096 par l'évêque Géraud de Gourdon mais un certain Raimond-Bernard de Durfort (chanoine ?) en aurait fait hommage par la suite au comte de Toulouse. En 1652, le château du Montat semble cependant bien appartenir au chapitre de la cathédrale, qui en paye la réparation du toit (Paul de Fontenilles, op. cit.). L'édification de l'aile médiévale pourrait remonter au premier quart du 13e siècle, voire au dernier tiers du siècle précédent comme le suggère son archère archaïque. L'église, qui s'aligne exactement sur son pignon ouest, n'est peut-être guère antérieure. Le fait qu'elle ait été fortifiée suggère qu'elle ait pu jouer le rôle d'une tour maîtresse au sein de l'ensemble. Remaniements réalisés au 15e siècle et au 17e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Commentaire descriptif de l'édifice

Deux corps de logis sont disposés en équerre dans une enceinte de plan carré de 65 m de côté, dont l'église occupe la face nord. Le logis le plus ancien (parcelle 76) comporte au rez-de-chaussée une ample salle rectangulaire encadrée par deux chambres carrées voûtées en berceau. Une dernière travée semble avoir disparu à l'est. L'accès actuel est récent. Une porte couverte en arc brisé et une autre en arc segmentaire assuraient primitivement des accès par l'élévation nord (côté église). Une porte à arc brisé a été repercée ultérieurement dans l'élévation ouest. La chambre voûtée établie à l'ouest est équipée d'une fente de tir archaïque. L'étage appartient également à la construction médiévale, mais ses ouvertures résultent d'aménagements modernes (17e siècle ?). Des éléments de plafonds moulurés y sont conservés. Les élévations de l'aile est (parcelle 73), sont crépies et ne se prêtent pas à l'analyse. Une petite fenêtre à linteau à accolade y est encore visible face au chevet de l'église.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006 ; 2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

château dit 'commanderie'
château dit 'commanderie'
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image