Village

Désignation

Dénomination de l'édifice

Village

Titre courant

Village

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Bellefont-La Rauze

Précision sur la localisation

Commune fusionnée après inventaire ; autrefois sur commune de Laroque-des-Arcs

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cahors Nord Est

Lieu-dit

Laroque-des-Arcs

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Description historique

La localité doit son nom à la fortification de falaise qui subsiste sous le rocher de la chapelle à l'aqueduc antique qui traversait la combe de Valroufié. La seigneurie, qui semble avoir appartenu aux anciens vicomtes de Cahors, était tombée aux mains des Gourdon au début du 13e siècle. Un couvent de Récollets s'y établit entre 1675 et 1676. L'église paroissiale actuelle a été édifiée en 1888.

Description

Typologie du couvrement

Commentaire descriptif de l'édifice

Le village de Laroque des Arcs est implanté au contact d'une cale, au confluent du Lot et du ruisseau de Laroque qui le sépare en deux quartiers. Implanté sur la berge, au contact de la cale d'embarquement, un ancien manoir se distingue par ses tours-pigeonniers et l'importance de ses logis massés (parc. 584). L'une de ses portes est ornée d'un linteau en accolade blasonné, meublé d'un cep de vigne. Au pied du manoir subsiste un moulin attribuable au 17e siècle (parc. 585). A l'arrière de l'église moderne, plusieurs maisons conservent des vestiges significatifs du 15e et du 17e siècle. La plus notable est une maison- tour couronnée par une mirande (parc. 796). Edifiée en briques et séparée de la maison voisine par une venelles elle reproduit le gabarit de certaines maisons médiévales cadurciennes. L'ancien couvent des Récollets ferme le village au nord. L'église de ce couvent, dédiée à Sainte-Foy, semble avoir réutilisé des élévations d'anciennes habitations du 17e siècle. Elle était reliée par un passage formant porte de ville à un ensemble de bâtiments conventuels en briques, agencés en quadrilatère autour d'un cloître. Cet ensemble en cours de réhabilitation date du 17e siècle comme de nombreuses maisons du village. Le quartier oriental semble avoir concentré l'habitat aristocratique. Outre le manoir et le moulin déjà mentionnés, il comprend la tour quadrangulaire médiévale (parc. 580) que la tradition suppose avoir été associée à un péage. Le piton rocheux sur lequel elle est implantée et qui surplombe le Lot a été séparé assez récemment du reste du quartier par le percement de la voie départementale D663. Les vestiges d'un logis médiéval sont identifiables dans le même quartier. La fortification de falaise, qui a donné son nom à la localité se situe plus à l'est, sous le surplomb rocheux qui porte aujourd'hui la chapelle Saint-Roch reconstruite à l'occasion de la percée routière en remplacement d'un oratoire plus ancien détruit en 1842. Au nord du village, les vestiges de l'ancienne église Notre-Dame accompagnent le cimetière.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique ; propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

village
village
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image