Château fort dit "château des Anglais"

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château fort

Appelation d'usage

Château des Anglais

Titre courant

Château fort dit "château des Anglais"

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Bellefont-La Rauze

Précision sur la localisation

Commune fusionnée après inventaire ; autrefois sur commune de Laroque-des-Arcs

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cahors Nord Est

Lieu-dit

Laroque-des-Arcs

Références cadastrales

1812 D4 1492, 2013 B 720

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle (?), 13e siècle (?)

Description historique

Datable du 12e ou du 13e siècle, la fortification de falaise, dite "Château des Anglais", est vraisemblablement le centre primitif de la seigneurie de Laroque. Celle-ci est liée à une ancienne maison vicomtale, dite de Laroque, dont l'héritage a été en partie récupéré par la maison de Gourdon. Hugues de Laroque, descendant des vicomtes de Cahors et de Saint-Cirq-Lapopie est mentionné en 1090. Son nom s'est perpétué dans celui d'un autre Hugues de Laroque, fils de Fortanier de Gourdon, mentionné en 1281. Le château dont les consuls de Cahors ordonnèrent la destruction en 1370 doit sans doute correspondre à un autre édifice, les fortifications aménagées dans les arcs de l'aqueduc antique.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice se résume à un bâtiment unique adossé à la falaise, sous un surplomb rocheux. Ses maçonneries sont caractérisées par leurs parements de moellons rectangulaires grossièrement taillés mais répartis en assises régulières et tenus par des chaînes d'angle en pierres de taille. La porte d'entrée, couverte par un arc de briques chanfreiné en anse de panier a été fortement restaurée. Elle semble procéder d'un réaménagement postérieur à la construction originelle, du moins en ce qui concerne le couvrement. Ses piédroits externes ont été remontés après 1984. Une retraite sur les élévations intérieures indique un ancien niveau de plancher. A mi étage, deux archères ou deux fentes de jours sont percées dans les élévations latérales. Les murs, relativement minces, ne dépassent pas une épaisseur de 0,87 m. Un escalier aménagé dans la paroi rocheuse permettait d'accéder à un étage de défense. L'édifice est ouvert en partie haute par une série de créneaux répartis irrégulièrement sur les élévations sud et est. Des trous d'encastrement montrent que ce crénelage pouvait lui-même être protégé par un hourd auquel une porte haute donnait accès. Un fragment de solive est encore engagé dans l'un de ces trous d'encastrement, près de l'angle sud-ouest.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

château fort dit 'château des Anglais'
château fort dit 'château des Anglais'
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image