Demeure dite "borie"

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Titre courant

Demeure dite "borie"

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Lamagdelaine

Précision sur la localisation

Autrefois sur commune de Laroque-des-Arcs

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cahors Nord Est

Références cadastrales

1812 D4 1642 à 1650, 2006 C1 11, 12, 13, 14, 16, 2014, 2014 AA 22, 23, 24, 157, 158

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle (?), 14e siècle (?)

Siècle de campagne secondaire de consctruction

Limite 16e siècle 17e siècle

Description historique

L'origine et l'histoire de cette borie ne sont pas connues. La borie est très proche dans sa conception de celle de Savanac. Comme elle, elle s'est constituée à partir d'un logis primitif de dimensions modestes. Ce logis, contre lequel la tour est venue s'appuyer, comportait deux étages et était couvert en tuiles canal entre deux pignons découverts à rampants lisses. Les principaux vestiges conservés doivent dater du 13e ou du 14e siècle. D'importantes modifications ont été apportées à l'édifice à la fin du 16e siècle ou au début du 17e.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, calcaire, moellon

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice médiéval, très défiguré, entre autres par une réhabilitation récente, est aujourd'hui divisé en plusieurs immeubles. Il comportait trois corps de bâtiment disposés en un quadrilatère régulier de 25 m de côté, autour d'une cour fermée par une courtine au sud. Une tour carrée occupait l'angle nord-ouest du quadrilatère. Le parti de la borie était donc très proche de celui que l'on observe à la borie voisine de Savanac. L'ensemble a été récemment modernisé et les parties médiévales y sont devenues difficilement identifiables. Dans l'aile sud-ouest, seul le corps de bâtiment correspondant à la parcelle 13 est resté déchiffrable. Au rez-de-chaussée de son élévation sur cour, les revêtements récents ont laissé apparent une fente de jour chanfreinée à piédroits de briques et linteau de pierre. L'élévation externe conserve une fenêtre à colonnette et à deux formes en arc brisé. Le chapiteau est décoré de feuillages naturalistes. Une cheminée était implantée dans l'angle nord-est de la pièce du premier étage. Une autre cheminée à manteau saillant porté par un arc segmentaire était implantée sur l'élévation est. Il semble qu'elle soit à attribuer à un remaniement du 16e ou du 17e siècle. Une seconde fenêtre médiévale, semblable à la première, prenait place dans l'élévation sud du bâtiment. Le profil de la toiture est dessiné sur l'élévation de la tour attenante par un solin d'appareil en briques qui correspond en fait à un ancien pignon découvert dont la base des rampants apparaît en élévation. La tour de plan carrée (parcelle 14) vient s'accoler contre l'élévation ouest du bâtiment précédent qu'elle domine d'un niveau. Il est vraisemblable cependant qu'elle ait été dérasée. Ses parties basses sont construites en moellons de calcaire, la brique prédominant dans les parties hautes. Aucun percement médiéval n'y est resté apparent à l'exception de petites fenêtres hautes, dont les linteaux de bois ont été rapportés. Un corps de bâtiment moderne en apparence, porté côté cour par un arc de briques, reliait la tour à un second corps de logis prolongeant l'aile nord et édifié en briques comme celui de l'aile ouest. Les vestiges de deux baies en arc brisé séparées par un mince trumeau y apparaissent encore au deuxième étage de l'élévation sur cour. Elles pourraient passer pour une fenêtre géminée si chacune des deux formes n'était dotée d'une arrière-voussure particulière. Un bâtiment récent est venu s'y adosser et recouper les deux baies. L'aile orientale semble avoir été en grande partie réédifiée à la fin du 15e siècle ou au début du siècle suivant comme le suggèrent les restes d'une demi-croisée et d'une croisée. Deux constructions totalement modernisées ou récemment réédifiées complètent la composition à l'extrémité des ailes est et ouest.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ornement végétal

Description de l'iconographie

Chapiteau de fenêtre à feuillages naturalistes.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

demeure dite 'borie'
demeure dite 'borie'
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image