Château dit "borie"

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château dit "borie"

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Arcambal

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cahors Nord Est

Lieu-dit

Bousquet (le)

Références cadastrales

1812 E1 89, 90, 2006 E1 3

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

14e siècle, limite 15e siècle 16e siècle, 17e siècle

Description historique

Plusieurs membres de la famille d'Arcambal sont mentionnés au nombre des consuls de Cahors entre 1230 et 1307. La maison du Bousquet, qui a donné son nom à la borie, est connue depuis Jean du Bousquet, anobli en 1341 (G. Lacoste, 1885), frère du cardinal Bernard du Bousquet, archevêque de Naples. En 1504, Pierre du Bousquet est qualifié de seigneur d'Arcambal et du Chantre (L. d'Alauzier, 1984). Catherine du Bousquet épouse en 1528 (Aubert de la Chesnaye, 1774) Antoine des Lacs (ou Deslax), dont la famille conserve seigneurie jusqu'en 1787, où le marquis Deslax d'Arcambal, ruiné, doit vendre tous ses biens ; le domaine est revendu en 1804, puis à nouveau en 1816 (C. Didon, 1996).
Jean du Bousquet pourrait être le constructeur de l'édifice primitif dont les vestiges pourraient dater du 13e ou du 14e siècle. Une part importante de l'édifice résulte cependant d'une reconstruction de l'extrême fin du 15e siècle comme en témoigne l'utilisation des motifs de roses et de bâtons écotés, dans son ornementation architecturale, et des voûtes à nervures déviées. La clef d'une des croisées d'ogives est ornée d'un écu armorié. Les ailes occidentales, flanquées de tours rondes percées d'étroites fentes de tir, sont à attribuer au 17e siècle. Ces dispositifs défensifs sont à rapprocher de ceux du château de Labastide-Marnhac.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, calcaire, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie du couvrement

Voûte en berceau ; voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit conique

Commentaire descriptif de l'édifice

L'actuel château d'Arcambal assemble des logis dissymétriques des 15e, 17e et 18e siècles autour d'une importante tour circulaire faisant office de tour maîtresse. Cette tour, de 8,30 m de diamètre est aujourd'hui totalement recouverte d'un crépi extérieur qui ne laisse apercevoir que quelques plages de maçonneries, en blocage de moellons bruts. Les salles carrées qu'elle abrite, dont la plus basse est couverte en berceau, de même que la modénature de ses ouvertures, évoquent un ouvrage relativement tardif, attribuable au plus tôt à la fin du 15e siècle. Son troisième étage résulte par ailleurs d'une surélévation visible, réalisée semble-t-il après le milieu du 17e siècle. Cette tour occupe néanmoins une position singulière au sein de l'édifice, nettement dissociée de la vis d'escalier inscrite dans l'oeuvre du logis constituant l'aile nord-est. Ce logis qui se soude à la tour ronde par un angle amplement arrondi a été en grande partie réédifié à la fin du 15e siècle. Il conserve cependant dans ses soubassements les traces d'un édifice antérieur, partiellement réalisé en briques, et remontant apparemment au 13e ou au 14e siècle. Un jour condamné (ou une archère ?), inscrit dans une niche cintrée couverte en pierre pourrait appartenir à cet édifice primitif. Un vestibule voûté d'ogives le traverse au rez-de-chaussée et fait communiquer la vis d'escalier avec les terrasses ouvertes sur le Lot. Les deux ailes ouest et nord-ouest, flanquées par trois tours circulaires s'accolent à la tour ronde qui leur est antérieure. Elles sont édifiées en blocage de moellons bruts avec des percements à encadrements de briques. L'ensemble est cerné par des terrasses et des murs d'enceintes modernes.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; rose ; branche écotée

Description de l'iconographie

Armoiries non identifiées : parti au 1 à trois étoiles en pal coupé à trois bandes, au 2 à la croix évidée qui est du Bousquet.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1979/03/02 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures, escalier en pierre, salle voûtée au premier étage inscrits MH.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006 ; 2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

château dit 'borie'
château dit 'borie'
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image