Demeure : borie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Borie

Titre courant

Demeure : borie

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Saint-Germain-du-Bel-Air

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Saint-Germain-du-Bel-Air

Lieu-dit

Laborie

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle (?), 14e siècle (?), 2e quart 17e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1647

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Description historique

Dès avant la fin du 15e siècle, la seigneurie de la Borie était tenue par une branche de l'ancien lignage des Belcastel, établie à Campagnac-lès-Quercy. Deux de ces Belcastel sont nommés dans le testament d'Amalvin de Poudens, damoiseau de Lavercantière en en 1317. En 1504, Dorde de Belcastel, "sieur de Labourie", dénombre au roi son fief de Laborie sur lequel il exerce toute justice. La métairie était également tenue, pour sa part, en toute justice par Antoine de Durfort-Boissières. L'ancienne maison forte de La Borie est incluse aujourd'hui dans un ensemble de bâtiments ruraux, plus ou moins modernisés, redivisé en deux propriétés distinctes. Si l'on fait abstraction des adjonctions postérieures au 15e siècle, on y distingue sans difficulté les deux bâtiments originels qui composaient le repaire médiéval : une tour et une salle séparés par un intervalle attribuables au 14e siècle. La date de 1647 inscrite sur une porte en plein cintre peut correspondre à la construction de l'aile en retour.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, enduit partiel

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés

Typologie du couvrement

Commentaire descriptif de l'édifice

La tour est aujourd'hui la partie la mieux conservée de cet ensemble en dépit de réaménagements notables, attribuables à la fin du 17e ou au début du 18e siècle. Elle comporte encore quatre niveaux qui portent son élévation à plus de 16 m. Chacun des trois premiers disposait d'une porte d'accès particulière, en arc brisé, ouverte sur la face orientale. Ses maçonneries originelles portent les marques d'un important incendie qui en a fait éclater les parements intérieurs et qui semble avoir précédé une première restauration opérée après la guerre de Cent ans, sans doute à la fin du 15e siècle. Au-dessus du premier plancher, la salle du premier étage est couverte par une ample voûte en croisée d'ogives dont la clé circulaire représente l'agneau pascal. La mauvaise qualité des culots et la banalité du profil prismatique des ogives ne permettent pas de trancher définitivement sur sa datation. Les quatre corbeaux conservés dans les angles, au-dessus de la naissance des ogives, invitent à y restituer un entresolement qui aurait intercalé un niveau supplémentaire dans la distribution de l'édifice comme c'est le cas à Soyris. L'actuel second étage, de nouveau sous plancher, a conservé intacte sa porte d'entrée en arc brisé chanfreiné, inscrite dans une embrasure en arc segmentaire. Sur la face sud, une seconde embrasure semble correspondre pour sa part à une ancienne croisée. Les autres percements de la pièce n'appartiennent pas à l'édifice médiéval. Ils se composent d'une cheminée du 17e siècle et d'une petite fenêtre chanfreinée, repercée. Le dernier niveau n'a conservé semble-t-il aucune ouverture ancienne. L'enduit qui couvre une partie des élévations est moderne. La tour et le logis sont séparés par un vide de trois ou quatre mètres dans lequel une vis d'escalier et un cellier ont été aménagés après 1490. A cette date un inventaire mentionne entre autres des coffres, escabeaux, tables sur tréteaux, deux chaises percées, neuf lits et couchettes, cinq berceaux deux dressoirs pour les étains mais une seule cuiller en argent. L'un des lits est orné d'une étoffe à bandes rouges jaunes, bleues et blanches avec un lévrier blanc au centre. L'armoire murale contient ce qui est nécessaire pour la messe. Il y a six livres non liturgiques en roman et en latin parmi lesquels le roman de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne. L'armement se réduit deux arbalètes, une salade et une barbute de maille.

Commentaires d'usage régional

Tour

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005 ; 2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

demeure : borie
demeure : borie
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image