Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Floressas

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Puy-l'Evêque

Références cadastrales

1838 C2 2, 4, 2014 C 153, 154

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

14e siècle, limite 17e siècle 18e siècle, 19e siècle

Description historique

L'origine de la seigneurie de Floressas est incertaine : sa création, encore récente en 1307, aurait résulté du démembrement de la châtellenie de Puy-l'Evêque, peut-être effectué par l'évêque de Cahors Sicard de Montaigut en faveur de son neveu ; ou bien elle aurait fait partie de l'ancienne châtellenie d'Orgueil, ce que pourrait laisser supposer le fait qu'elle appartienne en 1336 à la châtellenie de Montcuq, relevant directement du roi et non de l'évêque. A Armand de Montaigut, seigneur de Floressas en 1307, succède, peut-être par alliance, une branche de la grande famille périgourdine des Beynac. Jean de Beynac, frère de Pons de Beynac seigneur de Comarque, est attesté comme seigneur de Floressas en 1336. Ses descendants Gaillard et Sicard de Beynac, frères et coseigneurs de Floressas, participent activement aux évènements de la guerre de Cent ans dans le camp français, ce qui leur vaut des revenus substantiels ; l'héritier de Sicard, Jean de Beynac, est sénéchal de Quercy en 1428. Gaillard et Bernard de Beynac, oncle et neveu, sont seigneurs de Floressas et d'Escayrac en 1504 (L. d'Alauzier, 1984). La seigneurie est partagée, temporairement, à la fin du 16e siècle : en 1575, Jean de Belcastel, coseigneur de Floressas, lègue sa part de la seigneurie à Robert de Belcastel, seigneur d'Escayrac, lequel réside dès cette époque à Floressas. Une vingtaine d'années plus tard, les Beynac semblent avoir récupéré l'entière seigneurie de Floressas, dont ils acquièrent toutes justices en 1597. Le fief passe ensuite aux Limoges-La Gorse par le mariage de Gilbert de Limoges avec Jeanne de Beynac, puis en 1630, par mariage, aux Brachet ; Gilbert de Brachet obtient en 1704 l'érection de Floressas en marquisat, qui n'est cependant enregistrée qu'en 1783 : le dernier descendant de la famille, Alexandre de Brachet, est dit "marquis de Floressas" (L. Pataux, 1885). Le château est vendu comme bien national en 1795-1796 : le corps principal est alors en ruines, ou bien il est détruit peu après (V. Rousset, 1994) puisque le plan cadastral de 1835 ne figure plus que les deux tours comme parcelles bâties. L'état le plus ancien de l'édifice qui nous a été conservé n'est pas antérieur au deuxième quart du 14e siècle, voire le milieu ou le troisième quart du siècle, en dépit de certains archaïsmes. La construction du château aurait donc été engagée par Jean de Beynac, après 1336, ou par Gaillard de Beynac (mort avant 1385), alors que celui-ci bénéficiait des largesses du duc d'Anjou. Les bâtiments portent les marques de reprises datables du 14e ou du 15e siècle, imputables à des changements de parti en cours de chantier ou à des modifications ultérieures. Quelques aménagements ont été apportés à la fin du 15e siècle ou au début du 16e, mais le château a surtout connu une importante mise au goût du jour à la fin du 17e siècle ou au début du siècle suivant.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en équerre, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château, dont les bâtiments étaient vraisemblablement organisés autour d'une cour centrale, occupait un vaste quadrilatère de près de quarante mètres de côté. Le logis subsistant et les deux tours maîtresses qui l'encadrent en constituaient le côté ouest et les angles nord-ouest et sud-ouest. L'existence d'une aile sur le côté sud est attestée par les traces conservées sur la tour sud, tandis qu'au nord subsiste un tronçon de ce qui n'était probablement qu'une simple courtine, comportant peut-être un portail. Le corps principal du Moyen Age n'est en fait conservé que sur un niveau, dans son élévation ouest, et sur moins d'1,50 m du côté de la cour, le bâtiment actuel résultant de sa reconstruction au 19e siècle. Il n'était apparemment pas recoupé par des murs de refend. S'il ne possédait pas de communication avec la tour nord, des portes ouvrant sur la tour sud existaient au moins aux deux premiers niveaux. Il faut sans doute imaginer une grande salle à l'étage, portée par une salle ou un cellier en rez-de-chaussée, aujourd'hui partiellement enterré. La tour sud, qui n'était accessible qu'à partir du corps principal, a à peu près conservé sa hauteur originelle, avec quatre niveaux, tous planchéiés. Le rez-de-chaussée possédait deux archères. Les deux premiers étages étaient équipés de latrines, le second étant en outre équipé d'une cheminée. Au dernier niveau, conservé seulement sur une partie de sa hauteur, trois baies sans feuillure servaient de créneaux ou de passage sur le hourd que des trous réservés pour des poutres permettaient éventuellement d'installer. Avec une emprise au sol un peu plus ample, la tour nord fait figure de tour maîtresse, malgré sa moindre hauteur, soit qu'elle ait été arasée, soit qu'elle soit restée inachevée comme le laisse entendre l'arrêt très net de la maçonnerie au deuxième étage. Le rez-de-chaussée et l'étage, voûtés d'ogives, ne communiquaient pas entre eux mais étaient directement accessibles chacun par une porte ouvrant vers la cour. Les deux voûtes d'ogives sont à arcs formerets et nervures chanfreinées retombant sur des culots prismatiques. Au premier étage, la porte de communication avec le corps principal semble être le fruit d'un réaménagement ; la pièce ne comportait pas de cheminée mais disposait d'une latrine réservée dans l'épaisseur du mur et d'une fenêtre à coussièges, et à meneau sans chapiteau et arcatures trilobées, et d'un accès au deuxième étage par un escalier droit intramural. La tour sud, très remaniée à la fin du 17e siècle ou au début du 18e siècle, conserve dans l'embrasure d'une fenêtre un décor peint de cette époque.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture (étudiée dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ornement végétal

Protection

Référence aux objets conservés

IM46000904

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005 ; 2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

château
château
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image