Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Caniac-du-Causse

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Labastide-Murat

Références cadastrales

1840 D4 1309

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Tour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 13e siècle (?)

Description historique

La seigneurie de Caniac appartenait aux Gourdon, sous la seigneurie directe des Thémines : en 1257, à la suite d'un arbitrage, Gisbert II de Thémines, marié à Hélène de Gourdon (qui lui a apporté en dot la Bouriane), reconnaît tenir Caniac de Fortanier de Gourdon, en fief franc et libre, avec hommage simple, sans redevance ni autre droit. Caniac passe ensuite par alliance aux Cardaillac-Thémines, puis aux Hébrard de Saint-Sulpice vers 1450, et aux Crussols d'Uzès en 1600 (E. Albe, 1998). En 1301, sont mentionnées la maison et la salle, "aula", pour lesquelles les recteurs de l'église doivent fournir les chandelles ; en 1448, Jeanne Hébrard de Saint-Sulpice habite dans la salle ou maison de Caniac ; en revanche, la salle n'est pas mentionnée en 1570, quand les habitants de Caniac se réfugient dans l'église et une tour proche de celle-ci (E. Albe, 1998). Il est difficile d'interpréter la mention, en 1445, d'une "maison appelée de Castel Nuou" (J.-L. Marcouly, 1998, p. 103). D'après la description de l'abbé Lemozy et des photographies, la tour qui subsistait pouvait dater de la seconde moitié du 13e siècle. Elle se serait effondrée au cours de l'hiver 1945-1946 ; les fenêtres trilobées que l'on voit dans une maison des Sols en proviendraient.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie du couvrement

Commentaire descriptif de l'édifice

L'abbé Lemouzy a donné une description assez précise de la tour en 1936. Sur un plan carré de 3,80 m de côté, elle avait des murs en petits moellons de calcaire disposés en assises régulières, épais d'1,15 m au moins à sa base, pour une hauteur conservée de 20 m. Le premier niveau était muni de trois archères pattées, sur les faces nord et ouest, et quatre de ses fenêtres étaient couvertes de trilobes, Sur l'une de ses faces, la tour présentait une retraite à quelques mètres du sol, et une porte, et l'abbé Lemouzy notait aussi les traces d'un escalier, éléments qu'il mettait en relation avec un corps de bâtiment disparu. Les textes confirment que la tour n'était pas isolée mais était accompagnée d'une "salle". Il faut y ajouter "la muraille que le dit seigneur (Frotard Hébrard) a fait bâtir, où il y a un portail", dont fait état un bail à fief de 1464 (J.-L. Marcouly, 1998, p. 103).

État de conservation (normalisé)

Détruit

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2013

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

château
château
(c) Inventaire général Région Occitanie ; (c) Conseil départemental du Lot
Voir la notice image