Établissement administratif de l'hôpital de la Charité

Désignation

Dénomination de l'édifice

Établissement administratif

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Hôpital

Appelation d'usage

Hôpital de la Charité

Titre courant

Établissement administratif de l'hôpital de la Charité

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Loire (42) ; Saint-Etienne ; 37, 37 bis, 39 rue Michelet

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saint-Etienne centre

Canton

Saint-Etienne sud-est 3

Adresse de l'édifice

Michelet (rue) 37, 37 bis, 39

Références cadastrales

1996 ES 94A, 94G, 97B

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1929

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Les Hospices Civils de la commune de Saint-Etienne (commanditaire)

Description historique

En 1929, cet édifice est construit à la demande du conseil d'administration des Hospices civils de Saint-Etienne qui souhaite la création d'un édifice administratif situé à proximité du site de la Charité fondée en 1695 et des deux pavillons construits par l'architecte Lamaizière en 1901, l'un pour les Enfants assistés et les Femmes incurables, l'autre pour la médecine d'urgence et la chirurgie. Le besoin croissant de lits et l'insalubrité des bâtiments du XVIIe siècle obligent la commission administrative présidée par le notaire Fougerolle à envisager le transfert de la Charité sur un autre site. Mais ce projet n'aboutit pas ; la rénovation sur place est alors envisagée sur les plans de Lasserre, architecte des Hospices civils, et débute par la construction d'un pavillon pour les services administratifs, ainsi que de deux grands bâtiments de chaque côté dont les rez-de-chaussée et les entresols sont à usage commercial et les étages destinés à recevoir, l'un les vieillards indigents et incurables, l'autre les petits rentiers ruinés par la guerre. Ce projet est contresigné par l'architecte Antoine Coste, adjoint de l'agence Lamaizière. En 1933 la Commission administrative décide l'organisation d'un concours pour la décoration de la salle de réunion du nouvel établissement administratif, le thème imposé en est la représentation des trois nouveaux établissements que les Hospices civils viennent d'acquérir et de leurs bienfaits : l'aérium de la Sablière à La Talaudière pour jeunes gens affaiblis ; le préventorium de Riocreux au col de La République ouvert aux filles et jeunes femmes ; la maison de cure hélio-marine de Palavas-les-Flots pour les enfants atteints de tuberculose. Le concours est remporté par Joseph-Louis Lamberton (l'auteur des peintures du choeur de l'église Saint-Louis à Saint-Etienne) et F. Salque. Mais le Conseil d'administration est peu satisfait des maquettes, et c'est maître Fougerolle son vice-président qui traite directement avec le peintre Maurice Denis. Le peintre, membre du mouvement des Nabis, accepte la réalisation de cet ensemble pour la somme de 100 000 francs et va réaliser à Saint-Etienne un de ses derniers grands ensembles. Les toiles exécutées à Saint-Germain-en-Laye sont marouflées sur place par Albert Martine, le collaborateur du peintre.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise ; matériau synthétique en couverture

Typologie de plan

Plan carré régulier

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée surélevé ; 3 étages carrés ; étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit en pavillon ; terrasse

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Cet immeuble, en bordure de la rue Michelet, occupe la limite ouest dans une grande parcelle appartenant à la Charité sur laquelle se trouvent également d'autres bâtiments hospitaliers et la chapelle. L'ensemble de l'immeuble présente trois étages sur rez-de-chaussée. L'étage de comble correspond à la partie visible du toit recouvert d'ardoises. Le reste de la toiture est en zinc. L'immeuble développe une façade de cinq travées symétriques dont les trois situées au centre constituent un léger avant-corps. Les trois ouvertures au centre du deuxième étage sont octogonales et encadrées par des éléments sculptés inscrits dans la limite du cadre rectangulaire des autres fenêtres. Cet avant-corps est terminé par une corniche qui porte l'inscription HOSPICES CIVILS encadrée de femmes allégories de la Charité. Dans le hall un escalier à double volée mène au palier à ligne courbe de l'étage. La balustrade en fer forgé porte la mention L. Jaquillard, Lyon. La salle d'honneur comporte quatre panneaux de peinture marouflée à partir de deux mètres de haut jusqu'au plafond, la toile suit le contour supérieur des portes. Tous les éléments de la salle : menuiseries, cache-radiateurs ouvragés, boiseries, vitraux sont d'origine. Chaque panneau mural représente en toile de fond des scènes réalistes sur les activités de chaque établissement. A gauche et à droite un groupe de personnages allégoriques se détache sur un rideau rayé jaune et rouge. Chaque scène est commentée par une inscription : " la Ville de Saint-Etienne suralimente les enfants malades ", " par l'air, l'altitude le retour à la vie ". Le rideau rayé délimite deux mondes, le réel et l'allégorique, la différence d'échelle des personnages renforce la clarté de la distinction. La peinture du plafond, dont le thème était libre est entièrement allégorique.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture ; peinture

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2002/12/02 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures, montée d'escalier, palier du premier étage et salle d'honneur du bâtiment administratif (cad. 1996 ES 94) : inscription par arrêté du 2 décembre 2002

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Sanquer Cendrine

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (patrimoine 19e-20e siècles de Saint-Etienne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88